Le joli mois de mai

L’hiver qui vient de s’achever a été particulièrement rigoureux, avec des chutes de neige telles qu’il n’y en avait pas eu depuis que la ville tient le compte des quantités tombées, c’est-à-dire depuis 60 ans. Et qui dit fortes chutes de neige dit forcément beaucoup de journées nuageuses. Oui, ce fût un hiver pénible. Mais depuis la fin avril et l’éclosion des cerisiers, tout cela n’est plus qu’un mauvais souvenir. Place aux fleurs, aux températures douces et surtout, au soleil !

Ce sont donc les cerisiers qui ont donné le coup d’envoi du printemps. Comme chaque année, ils ont fleuri pour la Golden Week, ce qui est idéal pour un pique-nique entre amis ou une sortie en famille. Le lieu emblématique de Hakodate pour admirer les cerisiers est sans conteste l’ancienne forteresse Goryōkaku. On dit que son parc compte environ 1 600 cerisiers. De nombreuses personnes y font un pique-nique, souvent un barbecue, mais c’est au pied de la tour que se trouve la plus grande concentration de pique-niqueurs.

1 - Pique-nique - Goryokaku
Pique-nique sous les cerisiers, Goryōkaku
2 - Jingisukan
Le jingisukan, plat emblématique de Hokkaidō

 

3 - Douves - Goryokaku
Promenade en bateau pour admirer les cerisiers en fleur, Goryōkaku

 

4 - Mariage - Goryokaku
Pourquoi pas se marier sous les cerisiers ?

Autre lieu intéressant pour la contemplation des cerisiers en fleur, le parc Hakodate Kōen. Ici, ce sont surtout des familles qui viennent pique-niquer. Du haut de la petite butte qui surplombe le parc, on a une belle vue sur le mont Hakodate et sur la mer. Voir des cerisiers en fleur sur fond de mer est un joli spectacle.

5 - Hakodate koen - Mer
Au loin, l’océan…
6 - Hakodate koen - Entrée
Le parc Hakodate kōen
7 - Hakodate koen - Bâtiment
Architecture typique de Hakodate
8 - Hakodate koen - Stands
Il y a tout ce qu’il faut pour se restaurer sur place !

 

À la fin du mois de mai, c’est au tour des azalées, que l’on appelle ici tsustuji, de nous ravir de leurs belles couleurs. On peut en voir un peu partout dans la ville, mais le lieu idéal pour les admirer, c’est dans le parc situé au pied du volcan Esan.

9 - Azalées - Esan
Azalée, océan et au-delà, Aomori

Cette année, j’ai eu la surprise de découvrir qu’il y en avait pas mal le long de l’escalier qui mène au sanctuaire Hachiman-gū, dans le quartier Yachigashira.

10 - Azalées - Hachiman-gu
Des azalées de toutes les couleurs, Hachiman-gū
11 - Hachiman-gu
Le vert du mont Hakodate, le bleu infini du ciel…

Mais plus que toutes ces magnifiques fleurs, ce sont les couleurs du ciel et de la mer qui me touchent le plus en cette saison. En ville, depuis le pont Tomoe, il est possible d’admirer de magnifiques couchers de soleil sur la mer, avec en arrière-plan une chaîne de montagne dont les contours sont estompés par la lumière déclinante du jour.

13 - Ville la nuit
La nuit arrive sur le mont Hakodate

 

Mais pour un spectacle encore plus grandiose, il faut s’éloigner du centre-ville. En allant vers le mont Esan, il y a une petite halte routière qui offre un point de vue extraordinaire sur le volcan. La mer et le ciel offrent un superbe dégradé de bleu, renforcé par le vert de la partie herbeuse du volcan et le noir du sable. Du sable qui n’est pas noirci par quelque saleté que ce soit, mais par du fer. Que l’on soit petit ou grand, il est amusant de faire le test avec un aimant (magnet de frigo par exemple).

 

14 - Esan - T1
Le mont Esan vu de la plage
15 - Sable - Esan
Même texture que le sable, mais en noir

Après avoir admiré les azalées, je monte en général vers le cratère du volcan, mais cette année j’ai préféré en faire le tour pour aller voir le phare du cap Esan. Et là encore, la combinaison bleu du ciel, bleu de la mer et vert du cap était époustouflante de beauté.

16 - Phare Esan - T2
Le phare du cap Esan
17 - Arrière Esan
Encore du bleu et du vert… et une pointe de rose !

 

Près de là se trouve un endroit for intéressant, un onsen dans la mer. Il faut attendre que la mer se retire pour que l’eau chauffe grâce à celle qui s’écoule du volcan. Un petit panneau tout proche indique les meilleurs horaires pour en profiter. Il est bien sûr possible de s’y baigner en maillot de bain.

18 - Onsen naturel 0 Esan
Onsen dans la mer, Esan, Hakodate

Enfin, un bon mois de mai ne serait pas complet sans des activités permettant d’échanger avec des personnes formidables. Au début du mois, je suis allée à Esashi où se déroule chaque année le défilé des nouveaux mariés. Et à la fin du mois, ce fut la traditionnelle parade commémorant la bataille de Goryōkaku. J’ai la chance d’incarner chaque année le capitaine français Jules Brunet et cette année, la porte-drapeau de la France était l’adorable Maureen, des Philippines.

 

19 - Soldats
La belle Maureen et les soldats
20 - Hijikata
Avec celui qui incarne Hijikata Toshizō
21 - Matsumura-san
Matsumara-san, légende vivante d’Esashi ❤

Il m’arrive parfois d’envier celles et ceux qui habitent des endroits plus « représentatifs » du Japon, qui font plus « image traditionnelle », mais le mois de mai sait toujours me rappeler à quel point j’habite une belle, très belle région.

Publicités

2017, une année au Japon

Bonne année 2018 à toutes et à tous ! J’espère que cette nouvelle année a bien débuté pour vous et je vous souhaite le meilleur pour la suite.

Comme je l’avais annoncé il y a quelques mois, ce blog est en pause, mais ça me démange souvent de venir écrire ici. Alors, pour commencer en douceur, sans me mettre trop de pression, j’ai eu envie de vous parler de l’année écoulée.

Mais plutôt que de vous faire un résumé de ce qui m’est arrivé en 2017, ce qui serait pour moi fastidieux à écrire et pour vous ennuyeux à lire, j’ai choisi de vous présenter mon année en quelques photos accompagnées de courts commentaires.

Janvier 2017

1 - Janvier 2017 - 1
Les illuminations de Nijukken-zaka, Hakodate
1 - Janvier 2017 - 2
Le parc Hakodate-kōen sous la neige

Pas de neige pour le passage à la nouvelle année, mais la météo s’est bien rattrapée par la suite !

1 - Janvier 2017 - 3
Dans la maison Yokoyama, Esashi

Test tour à Esashi, où il est toujours agréable de se promener (quand en plus tout est gratuit…).

Février 2017

2 - Février 2017 - 1
Rando raquettes sur le lac Konuma, Nanae

Début février, c’est l’idéal pour les activités en plein air, car il fait froid mais beau. Ici, une promenade en raquettes sur le lac Konuma.

2 - Février 2017 - 2
Le sanctuaire Hakodate Hachiman-gū, dans le quartier Yachigashira, Hakodate

À la fin du mois, même s’il fait toujours froid, on sent bien que le printemps arrive.

Mars 2017

3 - Mars 2017 - 1
Tout plein de poupées, dans le café Ichiban-kura, Esashi
3 - Mars 2017 - 2
Rayons de soleil sur la mer du Japon, Esashi

Encore un tour à Esashi, car, pour la fête des petites filles, le village est décoré de milliers de poupées !

3 - Mars 2017 - 3
Vue sur Hakodate depuis le Gokoku-jinja

Fin mars, la neige a quitté la ville et ne demeure que sur les sommets, au loin.

Avril 2017

4 - Avril 2017 - 1
Lumières sur le port de Sumiyoshi, Hakodate

Alors que la plupart des régions du Japon ont déjà pu contempler les cerisiers en fleurs, il faut ici attendre la fin du mois (début de la Golden Week), pour en profiter.

4 - Avril 2017 - 2
Fin avril, la floraison des cerisiers, enfin ! Ici, au parc Gōryōkaku, Hakodate

Pique-nique sous les cerisiers, avec un plat typique de la région : le Jingisukan.

Mai 2017

5 - Mai 2017 - 1
Kumano kodō

5 - Mai 2017 - 2

Au début du mois, je quitte mon île, direction la préfecture de Mie et ses alentours. Je n’avais aucun préjugé sur cette région, que je ne connaissais pas, et j’ai beaucoup aimé mon voyage. J’avais d’ailleurs commencé à écrire un texte dessus, et j’avais un peu fouillé sur le Net pour voir ce qui se faisait en terme de récits de voyage. J’ai été surprise, parfois consternée, par la pauvreté des textes qui semblaient populaires (puisque bien référencés et/ou avec beaucoup de commentaires). Résultat, j’ai pris peur (et si moi aussi mon texte était nul ?) et j’ai laissé tomber. Peut-être le reprendrai-je, car j’y pense parfois à ce texte et ça m’embête de le laisser moisir alors qu’il est presque terminé.

Photo 6 - Mi-mai
L’église catholique, Hakodate

 

À mon retour à Hakodate, il fait beau, tout est fleuri et c’est magnifique !

 

5 - Mai 2017 - 4
Konbu en train de sécher, Esan

De retour du mont Esan, où j’étais allée admirer les azalées, j’ai pris le temps de m’arrêter près des maisons des pêcheurs de konbu. Si vous ne le saviez pas, eh bien voici comment on fait sécher ces longues algues utilisées principalement pour faire le bouillon dashi.

Photo 9 - Soleil
Coucher de soleil sur le port, Hakodate

Un magnifique coucher de soleil, alors que je m’entraînais pour le semi-marathon.

Juin 2017

6 - Juin 2017 - 1
Mélanges architecturaux, quartier Motomachi, Hakodate

6 - Juin 2017 - 2 Je n’ai pas trop de souvenirs de ce mois de juin, sans événement particulier. Mais il faisait beau et c’était agréable de se promener.

Juillet 2017

7 - Juillet 2017 - 1
Avant le départ du marathon de Hakodate

C’est l’heure du semi-marathon ! Je me sens confiante, car je me suis bien entraînée. La course se passe encore mieux que ce que j’imaginais, les encouragements de mes élèves et de mes collègues m’ont bien aidée. Résultat, une course bouclée avec une très grande fierté en 2 heures 25 minutes et 27 secondes.

7 - Juillet 2017 - 2
Pochettes de disques de Kitajima Saburō

Il fait très chaud ! Pour se rafraîchir, direction le musée Kitajima Saburō, l’un des plus célèbres chanteurs japonais. Quoi, vous ne le connaissez pas ? Il faudra que je vous en parle, alors !

Old Public Hall

L’ancienne salle communautaire.

Août 2017

8 - Août 2017 - 1
Parade du festival du port de Hakodate

Début août, c’est le festival annuel et sa grande parade qui dure des heures. Un événement plus que sympa, à ne pas manquer.

8 - Août 2017 - 2
Monastère trappiste, Hakodate

Pour la première fois, je vais voir le monastère trappiste de Hakodate. J’avais déjà été voir, l’année d’avant, le couvent des trappistines. Des bâtiments qui semblent bien communs pour des Européens, mais rares au Japon.

8 - Août 2017 - 3
Retour des chars au centre du village, Esashi
8 - Août 2017 - 4
Invitée à manger chez les uns et les autres, comme d’habitude

Une semaine après le festival de Hakodate, c’est au tour d’Esashi et de sa parade de chars ! Cette année, j’étais dans le défilé et croyez-moi, traîner un char toute une journée, c’est long et fatigant !

Septembre 2017

9 - Septembre 2017 - 1
Eau du barrage Sasanagare, Hakodate
9 - Septembre 2017 - 2
Vue depuis le barrage (oui, on est toujours en ville !)

Le mois de septembre est l’un de mes préférés, car il fait doux sans faire trop chaud, et surtout car le bleu du ciel est magnifique.

9 - Septembre 2017 - 3
Amusement Tram, pour faire la fiesta durant deux heures dans le traway !

Pour l’anniversaire d’un ami américain, nous avons réservé le tramway festif (pour une durée de 2h) et nous avons fait le tour de la ville en buvant et en chantant du karaoké dans le tramway !

Octobre 2017

10 - Octobre 2017 - 1
L’ancien bureau du magistrat, Hakodate
10 - Octobre 2017 - 2
Les entrepôts de brique rouge, Hakodate

Quelques images de lieux prisés des touristes. Il commence à faire froid…

10 - Octobre 2017 - 3
Le Komagatake en automne

Nouvelle course, à Onuma cette fois (14 kms), mais complètement ratée. Il faut dire que j’ai fait la fiesta la veille, et que j’ai loupé l’heure du réveil, devant partir en catastrophe, sans prendre de petit-déjeuner. Plus jamais ça !

Novembre 2017

11 - Novembre 2017

Je visite pour la deuxième fois une maison qui me plaît bien, mais pour laquelle il y aura beaucoup de travaux à refaire. Mon mari et moi hésitons trop longtemps, la maison est finalement vendue. Tant pis pour nous !

Décembre 2017

12 - Décembre 2017 - 1

Comme tous les ans, la ville d’Halifax (Canada) nous envoie un gros sapin de Noël ! Il est illuminé tous les soirs du 1er au 25 décembre.

12 - Décembre 2017 - 2
Neige à Onuma, Nanae
12 - Décembre 2017 - 3
Vue depuis la tour de Goryōkaku, Hakodate

Cette année, nous avons beaucoup plus de neige que d’habitude, et c’est assez pénible. Mais ça fait de beaux paysages, au moins !

Et 2018, ça s’annonce comment ?
Je n’ai fumé aucune cigarette depuis le 7 janvier, soit une pause de bientôt trois jours. Ça m’a pris d’un coup. Après une soirée où j’avais pas mal fumé, j’étais écœurée et je n’ai rien fumé le lendemain. Alors le surlendemain, je me suis dit : « Pourquoi ne pas essayer de ne pas fumer aujourd’hui aussi ? » Franchement je souffre, car j’adore fumer. Alors pour m’encourager, je ne parle pas d’arrêt, mais de pause dans mon tabagisme.

Le lycée et l’université m’ont demandé d’être de nouveau chargée de cours pour l’année scolaire 2018-2019 et j’ai accepté, n’ayant rien d’autre en perspective. Mais j’ai décidé que ce serait ma dernière année si je ne trouvais pas plus d’élèves en cours privés, car avoir des cours à droite à gauche m’empêche de chercher un emploi plus stable.

En juin, je participerai au semi-marathon d’Okushiri, et j’ai hâte de reprendre l’entraînement (ce n’est pas possible sur des trottoirs glacés !).

En juillet, je passerai le niveau N2 du JLPT. Mes études dans ce sens avancent bien.

Et vous, avez-vous des projets pour la nouvelle année qui s’en vient ?

La résidence permanente

Mon visa d’épouse venant à échéance en février 2018, j’ai décidé en juillet de cette année de demander la résidence permanente, sans trop d’attentes. Je ne comprends pas vraiment les règles d’attribution, mais a priori j’entrais dans les critères : mariée avec un citoyen japonais depuis 5 ans, je vis au Japon depuis bientôt quatre ans.

J’ai aussi un peu galéré pour trouver les documents qu’il fallait envoyer, mais voici ce que j’ai soumis :

  • le formulaire d’application
  • une lettre de motivation
  • une photo
  • mon passeport (photocopié sur place)
  • ma carte de résidence actuelle
  • une lettre de garantie (remplie par mon mari)
  • une copie de l’état civil familial (koseki tōhon, 戸籍謄本)
  • mon certificat de résidence à Hakodate (jūminhyō, 住民票)
  • mes certificats de paiement d’impôt et ceux de mon mari (nōzei shōmeisho, 納税証明書, et kazei shōmeisho, 課税証明書)
  • une copie de mes contrats de travail et des certificats d’emploi, ainsi que ceux de mon marie (koyō keiyakusho, 雇用契約書, et zaishoku shōmeisho, 在職証明書)
  • 8 000 yens en timbres fiscaux

J’ai écrit ma lettre de motivation en japonais, et je l’ai faite relire par une personne avec qui j’ai travaillé avant et que je connais bien, sans en être trop proche, pour avoir l’avis le plus objectif possible. Je ne lui ai pas demandé de corriger mon japonais, simplement de me donner son avis. En effet, même si mon japonais est loin d’être parfait, c’est mon niveau actuel, réel (et je n’en ai pas honte) et c’est cela que je voulais montrer.

J’ai également joint les photocopies des articles de journaux qui m’étaient consacrés, pour montrer mon engagement envers la communauté.

Je suis allée déposer mon dossier le 12 juillet, et on m’a dit que le paiement se faisait sur réception de la réponse.

Début novembre, soit un petit moins de 4 mois après le dépôt de ma demande, je trouvais dans ma boîte à lettre un avis me demandant de me présenter au bureau d’immigration, munie du récépissé de dépôt de mon dossier, de ma carte de résidence actuelle et du paiement.

À l’accueil, des jeunes hommes qui semblaient être des stagiaires ont pris mes documents, ont fait un trou dans ma carte actuelle, avant de me remettre la nouvelle : résidente permanente ! Je n’en revenais tellement pas que je leur ai demandé si c’était bien tout et si c’était fini. Oui, oui, vous pouvez y aller madame.

Je suis consciente d’avoir eu un gros coup de chance, que je ne sais pas trop à quoi attribuer. La seule réponse qui me vient à l’esprit est que mon dossier a été traité ici, à Hokkaidō, région qui reçoit sûrement moins de demandes, mais peut-être que je me trompe.

En tout cas, plus besoin de s’inquiéter pour le visa, j’aurais seulement à faire refaire ma carte en 2024 (il ne faut pas que j’oublie !).

Komagatake, mi-octobre
Le Komagatake (Onuma) à la mi-octobre….

Des nouvelles sur mes projets…

Autant le dire tout de suite, de ce côté-là, ça va moins bien… Je continue à travailler à temps partiel, au lycée et à l’université, et je donne des cours privés à droite à gauche, mais malheureusement, cela ne me rapporte pas beaucoup d’argent. J’ai songé à laisser tomber l’enseignement pour être libre, ce qui me permettrait de chercher un emploi à temps plein, mais c’est trop dur. J’aime tellement enseigner, et j’aime tellement mes élèves !

En ce qui concerne le projet « Hakonnections », mon amie étant rentrée en France, je ne me sens pas le courage de continuer seule. J’ai travaillé sur beaucoup de projets depuis que je suis ici, mais en faisant cela je me suis dispersée et je sais qu’il est temps pour moi de me poser et de vraiment réfléchir à ce que je vais faire.

Même si l’obtention de la résidence permanente m’a ôté un gros poids des épaules, il me reste encore beaucoup d’inquiétudes, d’incertitudes, et je peux vous dire que ça tourne à fond dans mon cerveau. Mais bon, un jour à la fois, une chose à la fois et surtout… je fais confiance à ma bonne étoile !

Je vous souhaite de belles fêtes de fin d’année.

Onuma mi-décembre
… et Onuma deux mois plus tard !

Vivre avec la menace nord-coréenne

Le vendredi 15 septembre, un missile nord-coréen a survolé Hokkaido pour la deuxième fois en moins d’un mois. Pour la deuxième fois en moins d’un mois, l’alerte nippone, J-Alert, a cassé ma routine matinale.

Le premier tir nous a survolé le 29 août et l’alerte a retenti peu après 6h du matin. Je me lève habituellement à 6h, mais ce matin-là, je me suis rendormie après la sonnerie du réveil. Quand l’alerte a sonné quelques minutes plus tard, je l’ai arrêtée sans même lire le message d’alerte. Je pensais qu’il s’agissait d’une nouvelle fausse alerte à la pluie, comme ça avait été le cas quelques jours plus tôt. C’est mon mari qui a réagi : « Missile ! »

 

Missile
Hakodate, en plein sur la trajectoire du premier missile

On s’est levé et on a allumé la télé pour suivre les infos. Machinalement, je m’apprêtais à faire ce que je fais toujours en me levant, c’est-à-dire ouvrir les rideaux, quand mon mari m’a rappelé qu’il fallait les laisser tirer. J’avais oublié. Il faut fermer les rideaux car si les vitres explosent, cela permet d’éviter la projection des débris de verre.

Les sirènes retentissent dans la ville et des messages d’alerte sont diffusés par haut-parleur. Peu de temps après, la télé nous informe que c’est bon, le missile est passé. On peut reprendre notre vie normale. À aucun moment je n’ai paniqué, car à aucun moment je n’ai cru qu’un missile nous tomberait dessus. Car une telle chose est difficile à imaginer. En comparaison, l’alerte au tremblement de terre est beaucoup plus effrayante, car là, on est certain qu’il va avoir lieu, mais on ne sait pas à quel point il sera puissant. Et puis, que pourrait-on faire si le missile nous tombait dessus ? Absolument rien.

Un sondage, diffusé sur une chaîne de télé par la suite, a révélé ce que les gens avaient fait suite à l’alerte. Les deux plus gros résultats sont les suivants : 54% ont vérifié les infos et 41% n’ont rien fait. Pas surprenant, car il n’y a rien à faire.

Lors du deuxième tir, le 15 septembre, j’étais levée, lavée, habillée et je m’apprêtais à sortir sur le balcon fumer ma première cigarette quand l’alerte a retenti. Cette fois, je l’ai lue et quand j’ai vu « Missile », je me suis dit que Kim Jong-Un faisait vraiment chier. Déranger les gens à l’heure de la clope, franchement !

Je ferme donc mes rideaux, j’allume la télé et je m’éloigne des fenêtres. Je remplis mon pichet d’eau, on ne sait jamais. Les informations me semblent arriver moins rapidement que la fois précédente et je me dis qu’à l’heure qu’il est le missile doit être loin. La confirmation arrive enfin : le missile est encore passé au-dessus de Hokkaido, mais cette fois, il s’est abîmé beaucoup plus loin en mer.

 

DSC_0364
Les infos télé, avec vue sur Esashi

Cette fois encore, je n’ai pas paniquée, pour les mêmes raisons que la fois précédente. Je ne crois pas que la Corée du Nord attaquera le Japon, du moins dans un avenir proche. Et si elle le faisait, encore une fois, que pourrions-nous y faire ?

Il y a quelques jours, des mouvements de missiles ont été observés en Corée du Nord. Où ont-ils positionnés, quand seront-ils tirés, quelle sera leur cible ? Impossible de le savoir.

Une vie banale

J’ai commencé en juin de l’an passé à écrire sur mon quotidien à Hakodate, avant tout pour faire partager mon travail d’enseignante au Japon. Et au moment d’écrire sur le mois de juin de cette année, je me suis rendue compte que c’était à peu près la même chose, ce qui est tout à fait normal.

Old Public Hall
Old Public Hall, Hakodate
Trappistes
Monastère trappiste, Hakodate

Je mène une vie ordinaire, entre mon travail, mes différentes activités et mes amis. C’est une vie banale, dans laquelle je me sens néanmoins bien. Tout cela pour dire que je pense avoir fait le tour de ce que j’avais à dire sur ma vie quotidienne, et que je ne vois plus la nécessité d’écrire des articles qui en parlent.

Après le marathon
Soirée d’après marathon

Par ailleurs, je voulais parler d’un voyage que j’ai fait récemment dans les préfectures de Mie et de Wakayama, mais j’en ai perdu l’envie. Aujourd’hui, n’importe quel touriste visitant le Japon fait son propre blog pour parler de son expérience, et je ne vois pas vraiment la plus-value que je pourrais apporter en faisant part de la mienne.

Esashi 1
Kamomejima, Esashi
Esashi 2
Coucher de soleil, Esashi

C’est donc ici que s’achève ce blog, et que s’achève aussi mon compte Twitter. Twitter est un réseau social qui m’a fait découvrir beaucoup de choses et rencontrer de belles personnes (comme Judith, du blog Jud à Hiroshima), mais aujourd’hui, j’y vois beaucoup plus de négatifs que de positif. Ma page Facebook aussi disparaîtra dans peu de temps, puisque le blog ne sera plus alimenté et qu’elle n’aura plus de raison d’être. Par contre, je resterai présente sur Instagram (Pamela4785) car j’aime bien prendre des photos.

Hakodate
Baie de Hakodate

Enfin, sachez qu’avec mon amie Mizuki nous lançons le projet « Hakonnections », destiné à faire découvrir le sud de Hokkaido aux touristes francophones. Notre site n’a pas encore beaucoup de contenu, mais si cela vous intéresse, n’hésitez pas à y faire un tour.

Festival
Soir de festival entre amis

Merci à toutes et à tous de m’avoir lue et encouragée à travers vos commentaires, ce fut une aventure sympathique.

Paméla

 

Avec du retard, retour sur avril et mai

Le mois d’avril, mois de la rentrée scolaire au Japon, est un mois où les professeurs, comme moi, sont très occupés. Puis vient mai et sa Golden Week, puis un problème personnel est apparu… tout cela m’a empêchée de rédiger mon journal d’avril-mai plus tôt.

Photo 6 - Mi-mai
L’église catholique de Hakodate

Résolution du mystère N.-chan
Au mois de mars, je vous avais parlé de N.-chan, une de mes élèves qui m’intriguait par son comportement. Pour rappel, il s’agit de la jeune fille qui me collait comme un enfant apeuré collerait sa mère. Le mystère s’est très vite éclairci en ce début d’année scolaire, puisque N.-chan est venue elle-même me dire ce qui la tracassait : en fait, elle ne souhaite pas aller à l’université, et elle voulait en parler avec moi puisque je n’y suis pas allée moi non plus.

Son rêve est de devenir coiffeuse et de travailler à l’étranger. Et la petite a bien fait de me parler, puisque j’ai justement dans mon entourage une copine japonaise qui a exercé à New-York le métier de coiffeuse… durant 30 ans ! Je l’ai donc présentée à N.-chan, et je continue toujours à discuter de son avenir avec cette dernière. Guider les élèves dans leurs questionnements et les rassurer est une partie du métier d’enseignant que j’adore particulièrement, et je me sens honorée de la confiance que N.-chan a placée en moi.

Photo 3 - Cerisiers
Fin avril, les cerisiers sont enfin en fleurs !

Apparition d’un nouveau mystère : M.-chan
M.-chan est une élève de troisième année à qui j’ai enseigné durant sa première année. Molle et passive en classe, voire désinvolte, mais plutôt bonne dans ses tests, c’est l’une des rares élèves qui a réussi à m’énerver. Je crois qu’elle se foutait de moi, tout simplement.

Alors quelle ne fût pas ma surprise de la voir, chaque fois que je suis à l’école, venir dans la salle des profs où j’ai mon bureau. Au début, j’ai pensé qu’elle voulait voir un autre prof, qui n’était pas là, et qu’elle avait décidé de me faire la conversation, mais j’ai fini par comprendre qu’en fait c’était moi qu’elle venait voir.

Chaque fois que je la croise dans un couloir, elle m’arrête pour me poser des petites questions, soit sur la langue française, soit sur ma robe orange qu’elle aime bien… bref, sur tout et rien !

Peut-être que, comme N.-chan, elle doit me demander quelque chose, et que tourner autour du pot fait partie de la stratégie des lycéennes japonaises ! Je vous tiens au courant.

Photo 8 - Esan
En juin, c’est au tour des tsutuji (azalées) de fleurir, ici à Esan

Les malheurs de mes collègues masculins
Le début de l’année scolaire est aussi l’occasion, pour les profs, de sortir manger et picoler, ce que j’appelle « les beuveries des profs », parce que c’est vraiment à ça que ça ressemble. Après quelques verres, il y a toujours au moins un homme qui se plaint de sa situation « amoureuse », genre « Ma femme ne me prépare plus de bentō, c’est la fin ! »

Celle-là, elle peut prêter à sourire, mais certaines histoires sont un peu plus perturbantes. Ainsi d’un collègue dont l’épouse reste au foyer… et n’y fait strictement rien ! Le ménage, les courses, les comptes, la préparation des repas… tout repose uniquement sur ses épaules à lui, en plus des 12 heures par jour qu’il passe à l’école, et le pauvre est épuisé.

Autre exemple assez perturbant, alors que la conversation avait tournée sur l’assurance-vie : « Moi, ma famille ne me pleurera pas. Enfin, les premiers jours peut-être, mais après ils s’en ficheront ».

Ce n’est pas la première fois que j’entends ce genre de phrases, et je me demande toujours si mes collègues n’exagèrent pas un peu. Probablement, mais je crois qu’il y a aussi un réel problème avec leur famille.

Photo 1 - Sekikawa-san
Un an après, on se revoit par hasard !

Voyage en terre inconnue
Durant la Golden Week, je suis allée dans la préfecture de Mie avec une amie française. Nous avions choisi cette région car nous n’y étions ni l’une ni l’autre jamais allée. Étant donné que j’ai pas mal de choses à dire sur ce petit séjour, je vous en reparlerai dans un autre article.

Photo 4 - Ise-jingu
Le grand sanctuaire d’Ise

Soutenir la communauté LGBT
Dustin, un Américain vivant à New-York, est venu rendre visite à sa grande amie qui vit à Hakodate, l’ancienne coiffeuse dont je parlais plus haut. Dustin est gay et, ayant été élevé dans une famille traditionnaliste de la campagne américaine, il a beaucoup souffert étant jeune.

Mon mari a profité de sa venue pour organiser un colloque à l’université et ce colloque a été bouleversant. Dustin a parlé de sa situation personnelle de façon très émouvante, expliquant comment il était persuadé de croupir en enfer parce qu’il était « déviant ».

Parmi les participants, des parents mais aussi des jeunes ont osé exprimer leur désarroi face à leur situation. Cela m’a fait réaliser à quel point tous ces gens, familles incluses, avaient besoin de parler et d’être écouté et soutenu.

Photo 5 - Dustin
Bienvenue à Hakodate Dustin, et merci pour tout !

Le projet GRHABIP
GRHABIP est l’acronyme de « GReat HAkodate Bay Innovation Project » et le but de ce projet est de promouvoir le tourisme dans la ville. J’y participe en tant qu’étrangère habitant la ville, simplement pour donner mon avis. Pour l’instant, il n’y a pas grand-chose à en dire, sinon que c’est une belle initiative !

Photo 7 - Hakoba
Visite du Hakoba, tout nouvel hôtel de Hakodate

Il s’est, en-dehors de tout ceci, passé énormément de choses mais je ne me sens pas le courage de les raconter. J’ai donc choisi de parsemer mon article de plusieurs photos qui vous donneront, je l’espère, un aperçu de la vie à Hakodate au début du printemps.

Mars 2017 à Hokkaidō : Love, love, love

Fin d’année scolaire oblige, en ce mois de mars je vais beaucoup vous parler d’école. Relations avec les élèves et avec les collègues sont au menu !

Larmes, selfies et jus d’orange
Le 1er mars de chaque année se tient la cérémonie de fin d’études du lycée. C’est toujours un moment très émouvant pour toutes les personnes présentes. Devant la scène sont installées les élèves qui terminent le lycée. À leur droite, les personnalités importantes de l’école, à gauche les professeurs, derrière les parents et les élèves de première et deuxième années.

Comme nous sommes une école chrétienne, la cérémonie débute invariablement par une messe. Ensuite, c’est l’appel de toutes les élèves de 3e année, qui montent sur scène et se voient remettre un diplôme par le directeur de l’école et leur prof principal. Elles descendent ensuite à l’autre bout de la scène, et saluent les professeurs, puis les parents et vont se rasseoir. Quasiment toutes nos élèves font ce chemin en pleurant, et parfois, nous les profs on pleure aussi. Le directeur, lui, ne pleure jamais, et je me demande bien comment il fait.

Une fois que tous les diplômes ont été remis, vient le temps des interminables discours. Le directeur de l’école d’abord, puis la présidente de l’association des parents d’élèves, puis une représentante des élèves de première et deuxième année, et enfin une représentante des élèves diplômées.

Après cela, ces dernières quittent la salle sous les applaudissements des personnes présentes. Les professeurs principaux des troisième année partent ensuite pour leur salle de classe, puis d’autres professeurs conduisent les parents dans ces mêmes salles. Ceux qui restent sont chargés de ranger les chaises.

Après la cérémonie, nous avons un repas dans la grande salle d’un hôtel de la ville. Nos élèves se jettent alors sur nous pour prendre des selfies et au bout d’un moment on a tous la tête qui tourne. Puis on mange, répartis à des tables avec des élèves, on discute et certaines élèves jouent de la musique pendant le repas, qui est arrosé au jus d’orange ou au thé.

Une fois que nous sommes bien repus, les professeurs principaux des troisième année font un discours. Celui d’une de mes collègue m’a beaucoup marqué, et particulièrement la fin : « Je vous aime, je vous aime énormément. Vous ne vous rappellerez peut-être pas mon nom dans quelques années, et je m’en fiche, mais je veux que vous vous souveniez que je vous aime et que j’ai fait tout mon possible pour vous soutenir. »

Ensuite, des photos des trois années que les filles ont passées au lycée défilent sur différents écrans, accompagnées d’une musique qui donne bien envie de pleurer. Puis les profs partent, sous les applaudissements des élèves. La cérémonie est terminée.

Les beuveries des profs (et là, on ne tourne plus au jus d’orange !)
L’année scolaire se terminant en mars, nous avons beaucoup d’occasions de sortir entre profs. J’adore mes collègues, et sortir avec eux n’est jamais déplaisant. Je vois souvent certains étrangers, sur les réseaux sociaux, se plaindre de ces sorties, mais moi j’adore, car mes collègues sont hyper sympas et nous sommes tous très soudés.

Notre première soirée s’est déroulée le soir de la cérémonie de fin d’études. Comme on avait terminé notre déjeuner à 15h, personne n’avait faim, mais nous avions par contre tous terriblement envie d’une bière.

Le hasard a voulu que je sois assise à côté de celui que j’appelle bogoss, mon collègue bel homme. On ne se parle pas souvent à l’école, car nous n’avons pas trop l’occasion de nous voir, mais on commence à bien se connaître parce qu’on est toujours ensemble dans les soirées et on s’entend bien.

Comme d’habitude, nous avons parlé de tout un tas de choses durant 2h, les sujets allant de la course à pied à la politique, en passant par nos frères et sœurs. Nous sommes ensuite aller prendre quelques verres tous les deux chez Kinoshita-san, l’un de mes bars favoris, où nous avons encore papoté comme des commères avant de rentrer complètement claqués. C’est une soirée qui m’a fait énormément plaisir, parce que je pense que ce n’est pas tout le monde qui est suffisamment ouvert d’esprit (ou un peu fou !) pour aller prendre un verre à tête-à-tête avec une étrangère qui ne parle pas parfaitement japonais. Et lui aussi était ravi, car de son aveu, c’était la première fois qu’il avait une bonne discussion avec une personne non japonaise (mon collègue néo-zélandais n’entrant pas, pour lui comme pour nos autres collègues japonais, dans la catégorie « non-japonais »).

N.-chan et la classe de 2e année
Une de mes élèves de 2e année, N.-chan, m’a beaucoup intriguée en cette fin d’année scolaire. Pour dire les choses simplement, elle me collait et faisait le bébé. Chaque fois que je la croisais dans les couloirs, elle me disait que j’étais belle, que je sentais bon, qu’elle m’aimait. Bon, jusque-là rien d’anormal, la gaijin de l’école est toujours un phénomène de foire. Mais ce qui est plus rare, c’est qu’elle se comportait ainsi pendant les cours. Et dans la rue. Après la cérémonie de remise de diplômes, alors que je m’en allais à l’hôtel pour la réception, j’ai croisé N.-chan et d’autres filles de sa classe. Elle m’a alors pris par le bras, a posé sa tête sur mon épaule et m’a supplié de ne pas l’abandonner. Son comportement m’a paru tellement étrange que j’avais décidé d’aller voir son prof principal pour savoir si elle n’avait pas un problème dans sa vie personnelle, et puis faute de temps je n’ai pas pu et les vacances sont arrivées. En y réfléchissant maintenant, je crois qu’elle était stressée par son passage en 3e année.

Mais elle n’est pas la seule à m’avoir surprise, toute la classe m’a pris de court lors de notre dernière séance. L’une des élèves m’a demandé ce que nous ferions en 3e année, et déjà là j’étais surprise car elles étaient sensées le savoir : je ne serai pas leur prof. J’ai donc pris des pincettes et leur ai dit que la probabilité était forte pour que je ne sois pas leur enseignante. Cris de surprise et de déception ! Comment ça, on ne fait pas de français l’année prochaine ? Ben, non, je vous l’ai dit déjà plusieurs fois… Non, mais nous on ne veut pas, on veut rester avec toi !

Leur réaction m’a fait chaud au cœur, mais m’a fait de la peine tout à la fois. J’adorais cette classe, et quand je l’enseignais, j’adorais le cours de 3e année. Une fin d’année scolaire, c’est rempli d’amour, mais aussi de tristesse.

Esashi et Parikko Bento
Marie, l’amie de mon amie Mizuki, est venue à Hakodate au début du mois de mars. Et la passion de Marie, ce sont les bento ! Si ce sujet vous intéresse aussi, je vous invite à faire un petit tour sur son blog : ParikkoBento.

Du coup, afin de lui laisser un bon souvenir de Hakodate, nous avons organisé un événement autour du bento, en collaboration avec Kitami-san, notre ange-gardien et avec l’aide précieuse de Yamada-san, mon maraîcher.

Nous avons fait une présentation sur le bento et j’ai donné un petit cours de français. Ensuite, avec les participants, nous avons rempli nos boîtes à bento et nous avons mangé tous ensemble en discutant. Ce fut une très belle journée !

Photo 1.jpg

Photo 2.jpg

Avant cet événement, nous sommes allées visiter Esashi toutes les trois. En mars, Esashi se transforme en village des poupées ! Comme vous le savez sans doute, le 3 mars au Japon, c’est hina matsuri (ひな祭り), la fête des poupées, et par extension la fête des petites filles. Et à Esashi, ils font les choses en grand ! Toutes les vitrines de magasin en sont ornées, et le clou du spectacle est dans ichiban-kura : il y en a du sol au plafond !

Photo 3
Poupées Hina-ningyō à Esashi, mars 2017

Nous avons aussi eu la chance, grâce à notre ami Muroya-san, de pouvoir visiter le temple annexe Nishi Hongan-ji et d’être reçu par le bonze qui nous a fourni des explications fascinantes, à la fois sur sa branche du bouddhisme et sur l’architecture du temple.

Photo 4
Nishi Hongan-ji Betsu-in, Esashi

Et avant de rentrer, nous avons été saluées par les rayons du soleil se couchant sur une mer du Japon agitée.

Photo 5
Vue sur la mer du Japon, Esashi, mars 2017

C’étaient donc les événements qui ont principalement marqué mon mois de mars. J’ai aussi eu beaucoup de travail, mais ce n’est pas forcément intéressant à raconter, alors à lire… En échange, je vous propose quelques photos de Hokkaidō en ce mois de mars 2017.

Photo 6
Aomori vu depuis Hakodate, mars 2017
Photo 8.jpg
Kikonai, mars 2017
Photo 9
Kikonai, mars 2017

Aventures dans le sud de Hokkaidō : février 2017

Février a été un mois plutôt tranquille, mais j’ai tout de même de beaux souvenirs à partager avec vous.

Le festival de la neige d’Onuma (5 février)
Le festival des neiges de Sapporo est sans doute le plus connu des festivals d’hiver du Japon. Mais d’autres endroits enneigés ont aussi leur petit festival, comme à Onuma. Les sculptures y sont de dimensions beaucoup plus modestes, mais cela reste un festival intéressant, car on peut y pratiquer diverses activités. Et puis le cadre est magnifique, avec le mont Komagatake en arrière-plan.

Photo 1
La pointe enneigée du Komagatake

Nous avons choisi deux activités, une randonnée en raquette et la pêche aux wakasagi, ces petits poissons qui se mangent frits. Les deux activités se déroulaient sur le lac Onuma, bien gelé en cette période de l’année. Il faisait doux et nous avions chaud durant la randonnée, mais il faisait très froid durant la partie de pêche, parce que nous étions immobiles. En plus, les poissons ne mordaient pas à l’hameçon, et l’appât finissait par geler au bout de la ligne. Ce fut néanmoins une très belle journée.

Photo 2
Rando en raquettes sur le lac Onuma
Photo 3
Ça ne mord pas…

 

Photo 4
Toboggan de glace !

Les adieux
Chaque année, de septembre à février, trois étudiants français viennent étudier à l’université Mirai Daigaku. Les trois qui sont venus cette année sont ma troisième « cohorte d’étudiants », et ils étaient drôlement sympathiques. Nous avons fait plusieurs activités et sorties ensemble mais comme toute bonne chose a une fin, il a malheureusement fallu se dire au revoir ce mois-ci.

La famille de l’un d’entre eux est venu lui rendre visite jusqu’à Hakodate, et nous sommes allés tous ensemble dans un izakaya. J’adore discuter avec les Français qui découvrent le Japon, pour connaître leurs impressions. Ça me permet de redécouvrir certains aspects que j’ai tendance à oublier avec le temps.

Le séminaire sur le tourisme
Ce mois-ci se poursuivait le séminaire sur le tourisme, à destination des personnes qui veulent devenir guide bénévole. Ce n’est pas mon intention, mais je m’étais dit que ça serait une bonne idée pour en connaître plus sur ma ville. Mauvaise idée…

Lors de l’atelier du 11 février, nous devions créer, en groupe, un itinéraire autour de la forteresse Goryokaku. Franchement, je n’y connaissais rien et les dames de mon groupe n’avaient pas l’air plus au courant. On a réussi tant bien que mal à faire un parcours, pas terrible à mon avis, puis il a fallu le présenter devant les autres groupes. La madame assise à mes côtés, une vieille relou dont je reparlerai plus loin, me demande d’être la personne qui présente pour notre groupe. Pourquoi moi l’étrangère, je n’ai pas bien compris. Je lui explique que je n’ai pas confiance en mon japonais, alors elle demande aux trois autres, parce qu’elle elle ne peut pas, elle doit partir. On est resté cinq minutes silencieuses, personne ne voulant se décider à présenter. Ça m’a énervé et j’allais me proposer quand une autre personne a dit qu’elle le ferait.

Après toutes les présentations, nous avons voté pour l’itinéraire que nous préférions, et la majorité des gens ont voté pour l’itinéraire que je n’aimais pas, parce que beaucoup trop pointu à mon goût. Je ne crois pas que des touristes demandent ce niveau précis d’informations, mais bon, c’est l’itinéraire choisi.

 

Photo 5
Tu le sens, le froid ?

Le 18 février, nous testons le parcours choisi. Pour moi, ça a été l’horreur. Tout d’abord, une tempête de neige s’est abattue sur Hakodate cet après-midi-là, et il faisait horriblement froid. En plus de ça, les explications des personnes qui avaient conçu le tour étaient interminables et nous devions rester 10 à 15 minutes à chaque endroit qu’ils avaient sélectionné, à écouter des points des détails alors que nous étions assaillis de tous côtés par le vent et la neige. C’est bien simple, on gelait sur place.

La vieille madame relou n’arrêtait pas de faire des commentaires et de poser des milliards de questions. Pour la première fois de ma vie, j’ai ressenti l’envie de tuer quelqu’un. Je me voyais en train de poser mes mains autour de son cou et de serrer de toutes mes forces en hurlant « Mais tu vas la fermer, ta gueule ! ». Au bout d’1h30, je n’en pouvais plus, et je me suis excusée en disant que j’avais trop froid et que je ne pouvais pas continuer.

Pour la séance du 25, nous étions en intérieur pour une séance divisée en deux parties. La première portait sur les points d’intérêt de la ville, et le conférencier expliquait vraiment bien, donc j’ai beaucoup aimé. Mais la deuxième partie, dont j’attendais pourtant beaucoup, a été décevante. Il s’agissait de la partie sur l’histoire de la ville, et peut-être qu’elle était intéressante, mais je n’ai rien compris. Tout d’abord, le présentateur, un vieux monsieur qui sentait la naphtaline, membre de la société d’histoire de la ville, n’a pas utilisé de PowerPoint et c’est bien embêtant pour moi, car ça me prive d’un bon support pour suivre une conférence en japonais. Il avait photocopié tout un tas de vieux documents sur du papier de mauvaise qualité et dans un ordre complètement anarchique. J’ai donc dû écouter pendant 1h30 un discours auquel je ne comprenais que dalle, et croyez-moi c’est long !

C’était au final un séminaire plus décevant qu’autre chose pour moi, mais les autres avaient l’air ravi.

Une affaire qui roule
Février a aussi été le mois « business », puisque nous avons décidé, avec une amie, de nous lancer. Tout n’étant pas encore bien défini, je ne peux pas vraiment en parler, mais nous avons énormément de soutien et nous formons une bonne paire.

Un de mes anciens collègues lance aussi sa propre compagnie, et il m’a convié à la première réunion de son équipe mais je ne pourrais malheureusement pas mener les deux projets de front.

DSC_0117
Avec mon épi légendaire, toujours présent lors des interviews avec photo

J’ai également lancé un cours de français pour débutants en février, et jusqu’à présent tout se passe bien. Je dois néanmoins travailler à la promotion de ce cours pour attirer plus d’élèves, mais je n’en ai pas eu le temps jusqu’à présent.

La jeune fille qui a commencé son cours privé le mois passé continue, plus motivée que jamais, et nous sommes passées à 2h par semaine pour elle.

Golden Week
Avec mon amie Orianne, qui vit à Tokyo, nous avions décidé de changer notre lieu de rencontre de l’année. D’habitude, c’est elle qui vient à Hakodate ou c’est moi qui vais la squatter à Tokyo, et on s’était dit qu’on devrait un jour voyager ensemble dans un endroit où ne nous sommes jamais allées.

Ce mois-ci, nous avons enfin eu le temps de nous mettre d’accord et de faire nos réservations. L’endroit où nous allons est souvent demandé aux amateurs de mots croisés, sous la définition « baie/ville du Japon en 3 lettres ». J’ai bien hâte de revoir mon amie, et bien hâte de découvrir une nouvelle région !

 Mars s’annonce déjà bien plus rock’n roll que février, et j’ai déjà hâte de partager la suite de mes aventures avec vous.

Aventures dans le sud de Hokkaidō : janvier 2017

Le climat de janvier
En début de mois, le ciel était souvent gris et c’était assez difficile pour le moral mais vers le milieu du mois, il a commencé à faire enfin beau. Mais le retour du ciel bleu s’est aussi accompagné de températures froides. L’hiver bat son plein !

Activités et promenades
Le 4 janvier, en début d’après-midi, j’ai rendez-vous avec Hanzawa-san, journaliste au Hakoshin (函新, diminutif de Hakodate Shimbun, le journal de Hakodate) au café Marutamagoya, pour une entrevue. Hanzawa-san prépare une série d’articles sur les personnes du signe du coq, dont je fais partie, et il m’a interrogée sur mes projets pour l’année à venir. J’y suis allée avec Romain, un étudiant français en échange, et après l’entrevue nous sommes allés nous promener. Nous avons marché depuis Motomachi jusqu’au sanctuaire Hachiman, dans le quartier Yachigashira, puis nous nous sommes arrêtés au Café Classic, qui est un de mes favoris à Hakodate.

 

photo-1
Hachiman-gu, Yachigashira

Le mercredi 11 janvier a sans doute été la journée la plus froide du mois. Il faisait -16 en température ressentie, et c’était assez pénible. Cet après-midi là, avec les étudiants français, nous avions une entrevue avec le journal Hokkaidō Shimbun pour l’événement « galette des rois » que nous organisons et qui aura lieu dimanche. C’était un certain Nishimura-san qui devait nous interroger, mais finalement, c’est Hoshino-san qui est venue. Je la connais bien et j’étais ravie de la revoir. Le soir, en rentrant de l’entrevue, nous avons décidé d’aller manger tous les trois au Lucky Pierrot. Lucky Pierrot est une chaîne de hamburger locale, très populaire.

 

photo-2
Le Chinese Chicken Burger, numéro 1 chez Lucky Pierrot

Le 13 janvier, la météo que j’attendais est là ! Après les grosses chutes de neige de la veille, avoir un beau ciel bleu est une aubaine pour aller faire des photos. Je voulais aller jusqu’au cap Tachimachi, mais j’ai finalement trouvé un bon endroit au parc Hakodate Kōen, dans le quartier d’Aoyagi-chō.

 

photo-3
Hakodate Gokuku-jinji

Dimanche 15 janvier, c’est le grand jour ! Aujourd’hui, nous fêtons les rois au Marutama Square de Kitami-san. Au total, une quarantaine de personnes sont attendues, 20 en matinée et 20 en après-midi. Le programme est le même que celui de l’an passé. Après avoir parlé brièvement de la tradition de la galette, j’ai donné un mini-cours de français et chaque table a pratiqué avec les étudiants français et Mizuki, qui étaient venus me donner un bon coup de main. Comme l’an passé, la journée a été longue et épuisante, mais tout s’est bien passé.

 

photo-4
Entrer une légende

En ce samedi 21 janvier, exceptionnellement, je ne travaillais pas le matin. J’ai donc eu la chance de pouvoir participer à un atelier où l’on pouvait apprendre à faire des soba. C’était très intéressant, mais vraiment compliqué ! Néanmoins, les soba fraîches sont bien meilleures que celles que l’on peut acheter en supermarché. Après l’atelier, Romain et moi avons marché jusqu’au cap Tachimachi. Il n’y avait personne, et c’était génial d’avoir pour nous seuls cet endroit si magnifique. Malgré les nuages, nous avions une bonne vue sur Ōma (préfecture d’Aomori) et sa centrale nucléaire… En redescendant, nous nous sommes arrêtés au café Laminaire, dans Hōrai-chō, pour prendre un café et manger un petit gâteau.

 

photo-5
Super Romain, le roi des soba !
photo-6
Le cap Tachimachi

Le mardi 24 janvier, j’ai testé un parcours touristique en compagnie de mon amie Mizuki. Ce tour était gratuit, mais en échange nous devions remplir un questionnaire pour donner notre avis. Nous sommes partis en bus de la gare de Hakodate pour dans un premier temps rejoindre Assabu (厚沢部) dont la spécialité est la pomme de terre et qui possède une forêt qui figure sur la liste des 100 plus belles promenades à faire au Japon. Nous n’y avons malheureusement pas fait grand-chose, à part manger une croquette de patates, par ailleurs délicieuse.

Nous avons ensuite continué notre route jusqu’à Esashi (江差). Nous avons visité la maison Yokoyama-ke, maison traditionnelle d’Esashi. Outre la partie habitation, cette maison comprend une enfilade de quatre kura (蔵 ,entrepôt). Autrefois, la mer arrivait juste à l’arrière des maisons et il suffisait d’en sortir son bateau pour aller pêcher.

photo-7
Esashi autrefois

 

photo-8
Sur la gauche, l’enfilade de aura

Après le repas, nous sommes ensuite allés visiter le sanctuaire Ubagami Daijingū, le plus vieux sanctuaire shintō de Hokkaidō, puis nous nous sommes promenés dans le village, dans une tempête de neige !

 

photo-9
Ubagami Daijin-gū, Esashi

 

Notre journée s’est terminée par des visites à Otobe (乙部), Kaminokuni (上ノ国) et Kikonai (木古内). Ah, Hokkaidō et ses noms de villages exotiques !

Le samedi 28 janvier débutait le séminaire sur le tourisme à Hakodate. Il faisait gris, le vent soufflait très fort et par conséquent, il faisait vraiment froid. Le séminaire avait lieu au centre culturel appelé Machizukuri Center (まちづくりセンター) et s’adresse avant tout aux personnes qui souhaitent devenir guide bénévole, mais tous ceux qui s’intéressent au tourisme sont bien sûr les bienvenus. Au total, cinq après-midi seront consacrés à ce séminaire.

Il y avait trois types de participants : des vieux, des gens qui viennent étaler leurs connaissances et des jeunes femmes qui semblent être des femmes au foyer. J’étais évidemment la seule étrangère et je détonnais un peu dans le paysage.

La conférencière du jour était la présidente de l’association des guides touristiques bénévoles de la ville. Elle nous a parlé de choses plutôt évidentes, mais c’était tout de même intéressant. Après sa présentation, elle nous a emmené faire une démonstration de la façon dont elle guide les touristes dans le quartier historique de Motomachi. Un vent terrible soufflait et nous étions tous glacés, il a donc fallu abréger le tour. Comme nous étions en extérieur, je n’entendais pas bien et j’ai eu du mal à comprendre les explications de la guide, ce qui m’a un peu frustrée. La prochaine session aura lieu le 11 février et le thème sera « Construisons l’itinéraire d’un tour ! ».

Apprentissage du japonais
Quand mon contrat de travail à l’école a pris fin, je me suis retrouvée avec plus de temps libre et en septembre 2016 j’ai repris les cours de japonais. Les cours ont lieu tous les jeudis après-midi et l’inscription à un trimestre coûte 3,000 yens seulement.

En début de mois, en l’absence de cours, j’ai eu du mal à étudier. Mon problème avec l’apprentissage du japonais depuis mon arrivée au Japon, c’est que la grammaire me ressort par les yeux. J’ai l’impression de ne pas apprendre de choses qui me soient utiles dans l’immédiat, et je ne suis pas motivée.

Du coup, même si j’aime bien étudier les kanjis et le vocabulaire (parce que j’en vois l’utilité immédiate quasiment de suite), je n’étudie pas du tout la grammaire qui ressemble pour moi à un obstacle insurmontable.

En réfléchissant au problème, j’ai décidé de changer ma méthode d’apprentissage :

  • tout d’abord, je vais redéfinir mes objectifs d’apprentissage pour savoir où je veux aller ;
  • je vais continuer à étudier les kanjis et le vocabulaire comme je le fais maintenant, car j’aime bien et je m’en sors aussi plutôt bien ;
  • je vais essayer de trouver un autre moyen d’apprendre la grammaire :
    • je commencerai par travailler les points grammaticaux que j’entends souvent, que je comprends à peu près mais que je ne suis pas encore capable d’utiliser (j’en ai identifié quelques uns comme ça)
    • ensuite, en fonction de ce que j’aurais entendu dans une conversation ou à la télé, je sélectionnerai un point de grammaire
    • ou bien je travaillerai à partir de différents textes écrits qui m’intéressent, journal, magazine, page Internet ou encore extrait de roman.

Travail
Le cours de français que je donne à l’université d’éducation (北海道教育大学, Hokkaidō Kyōiku Daigaku) reprend le 6 janvier. Je trouve que mes élèves ont un peu de mal à suivre et je songe à changer de manuel l’an prochain ou bien à créer un cours sur mesure.

Le 14 janvier, c’est la reprise des cours au lycée. Je suis ravie de retrouver mes élèves et mes collègues, et ça a l’air réciproque. J’adore enseigner au lycée, parce que j’adore être en contact avec les ados. Je trouve que c’est un chouette âge, on les voit évoluer et c’est touchant.

J’ai aussi décidé de me lancer dans les cours privés, bien que cela ne m’enchante pas trop. Le 17 janvier, j’ai réservé une salle dans un centre culturel, pour démarrer des cours en groupe le mois prochain. Cela faisait des semaines que je repoussais cette tâche, et je suis bien contente de l’avoir finalement accomplie. Il me reste à faire la promotion de mes cours.

Le 18 janvier, je donne un cours de français au centre culturel Fururu, dans le quartier de Yachigashira. Six personnes se sont inscrites, et l’une d’entre elles viendra au cours de février.

Le 19 janvier, c’est le début du cours particulier donné à Nana, une lycéenne venue à la galette des rois et qui rêve depuis longtemps d’apprendre le français. Elle est très motivée, et est ravie d’avoir enfin trouvé une professeur de français. Mon seul problème avec Nana, c’est de canaliser son enthousiasme. L’apprentissage d’une langue étrangère est, selon moi, un marathon plutôt qu’un sprint, et il ne faut surtout pas en faire trop en début d’apprentissage, au risque d’être découragé.

Le 17 janvier, j’avais rendez-vous à 18h au restaurant Colz avec mon ami Kenichi, qui voulait me présenter une de ses anciennes collègues. Elle vit maintenant en France, et a épousé un Français. Si Kenichi tenait à me la présenter, c’est parce qu’elle est à la recherche d’un(e) interprète japonais-français pour sa petite cérémonie de mariage qui aura lieu en octobre. Le courant est bien passé entre nous, et je serai donc l’interprète. Ce sera ma toute première expérience dans ce domaine, et j’espère bien m’en sortir.

Aimer l’hiver à Hokkaidō !

Vivre à Hokkaidō, c’est devoir composer avec un hiver rigoureux qui dure plusieurs mois. Quand les premières photos de cerisiers en fleurs apparaissent sur les réseaux sociaux, ici toute la végétation porte encore les brûlures du froid et de la neige, et les températures demeurent fraîches.

Mais l’hiver est loin d’être une saison désagréable pour les habitants de Hokkaidō et beaucoup de gens ici aiment cette saison. C’est, quant à moi, ma saison préférée, pour tout un tas de raisons. Bien évidemment, il y a toujours un moment où j’en ai marre, où je suis jalouse des autres qui vivent déjà leur printemps… Dans ces cas-là, je pense aux désagréments de l’été que l’on n’a pas ici, comme les ゴキブリ(gokiburi, les cafards locaux) ou la chaleur intense. Mais surtout, je me rappelle de mes règles d’or pour profiter de l’hiver en pays de neige.

Exif_JPEG_PICTURE
Vue sur Hakodate à la mi-mars

Règle no1 : Sortir
La tentation est grande de rester au chaud à la maison, à regarder la télévision ou à lire, le chat sur les genoux. Si cette situation peut convenir à plusieurs personnes, elle a tendance à me déprimer. Je me force donc à sortir régulièrement, même s’il fait froid. L’idéal, c’est de faire un sport d’hiver. Pas la peine d’être un pro des pistes pour bien profiter d’une promenade en ski de fond ou en raquette, j’en suis la preuve vivante !

Photo 2 - Froid.jpg

On peut aussi plus simplement profiter des paysages hivernaux en marchant. L’hiver offre de multiples occasions de prendre de belles photos, ce qui est une motivation supplémentaire pour se promener. Au bout de quelques heures de balade, quand je commence à avoir du mal à supporter le froid, je me réfugie dans un café que j’aime pour savourer une boisson chaude tout en papotant avec des personnes que j’apprécie. Rien de tel pour se réchauffer, à l’intérieur comme à l’extérieur !

Froid - Photo 3.jpg
Sur le lac Onuma, fin février

Règle no2 : Se lever tôt
Le Japon porte bien son nom de pays du soleil levant : ici, le soleil se lève bien plus tôt qu’en France ! Mais cela a un revers, et la nuit tombe aussi plus tôt. L’hiver, à Hakodate, le soleil se couche autour de 17h00, 16h30 dans les jours les plus courts. Ainsi, si on se lève par exemple à 10h, on aura peu de temps pour profiter de la lumière du jour. Et c’est bien connu, le manque de lumière a une influence négative sur le moral.

photo-4-froid
On profite des journées ensoleillées !

Les jours de travail, il faut aussi se lever plus tôt. En effet, quel que soit votre mode de transport, les routes et les trottoirs étant gelés, il vous faudra plus de temps pour vous rendre au boulot. Pour vous donner une idée, quand je travaillais à temps plein au lycée, je devais me lever 1h plus tôt l’hiver (à 5h du mat’, donc) pour arriver à l’heure à l’école. Et cela peut paraître idiot, mais s’habiller pour sortir l’hiver prend plus de temps qu’au printemps ou en été… Sans compter la voiture à déneiger si vous conduisez, bref, ça n’en finit plus !

 

photo-5-froid
La route en bas de chez moi en ce moment
photo-5-bis-froid
Rouler par temps de neige

De plus, dans certaines entreprises, c’est le personnel qui déneige le parking et/ou les trottoirs devant le bureau. On appelle cela le 雪かき (yukikaki) et c’est un des premiers mots que l’on apprend en arrivant à Hokkaidō. Certaines personnes arrivent tôt pour déneiger, pour ne pas empiéter sur leur temps de travail, et vous devrez arriver tôt aussi pour ne pas passer pour un tire-au-flanc. Et puis, vous n’avez pas non plus envie de vous retrouver avec la plus grosse pelle, celle qui pleine de neige est impossible à soulever.

photo-6-froid
Tempête de début mars

Règle no3 : Bien manger
De nombreuses personnes ont tendance à grossir en hiver (c’est mon cas, pas de bol !) et le premier réflexe, le mauvais, est de se dire qu’on va faire un petit régime. Erreur ! Vivre dans une région froide, c’est mettre son corps à rude épreuve. Ici, le froid ne dure pas deux ou trois semaines, mais trois ou quatre mois, et croyez-moi c’est dur pour le corps.

photo-7-froid
Merci Hokkaidō de produire du fromage à raclette !

 

photo-9-froid
Kara-miso ramen, des nouilles épicées parfaites pour se réchauffer !

Règle no4 : Aller au onsen
Il y a de nombreuses sources d’eau chaude à Hokkaidō et ce serait dommage de ne pas en profiter. Il n’y a rien de plus agréable que de se prélasser dans un bain extérieur quand il neige. Ça réchauffe et en plus, ça fait du bien au corps qui est tout courbaturé l’hiver. Parce que marcher sur la neige et, encore plus pénible, sur de la glace, tout crispé pour ne pas glisser, ça fait mal partout.

Règle no5 : S’hydrater et y aller franco sur le déo
On dirait un conseil d’été, mais non vous ne rêvez pas, c’est bien un conseil d’hiver ! Le froid, souvent mordant, fait beaucoup de mal à la peau. Il est donc primordial de bien se crémer. Mais s’hydrater signifie aussi boire de l’eau. L’air est ici parfois tellement sec qu’après cinq minutes de marche, je me retrouve assoiffée, bien plus qu’en été.

Marcher est aussi source de transpiration, même par moins 10 degrés. Oui, on peut crever de chaud malgré des températures négatives ! Mais pour la transpi, le pire ce sont les intérieurs, souvent bien trop chauffés à Hokkaidō (ce n’est pas pour rien qu’ici les gens s’enfilent des crèmes glacées en hiver). Pour vous donner une idée de la situation, ici je ne transpire quasiment pas l’été, mais l’hiver c’est une vraie galère.

 

photo-10-froid
Omikuji après le Nouvel An

 

Règle no6 : Fuir les jeans !
L’hiver, je suis très souvent en short… avec des collants bien chauds évidemment ! Pas forcément des collants en laine, plus souvent des collants noirs qui tiennent chaud. J’évite le jean, qui devient très froid au contact de l’air et qui frotte sur la peau. Pour le manteau, pas la peine de se ruiner si on ne travaille pas dehors toute la journée, il ne fait pas froid à ce point-là.

Il est important de protéger ses extrémités (mains, pieds, tête) car ce sont les endroits les plus sensibles au froid. Même si ce n’est pas très sexy, il faut mettre un bonnet, car notre chaleur interne a tendance à s’échapper par notre tête. Là encore, pas besoin de se ruiner, j’achète les miens chez Daiso, les magasins à 100 yens. Aussi, il faut avoir de bonnes bottes car les trottoirs sont franchement glissants. Là par contre, il vaut mieux investir (et je conseille les bottes Sorel). Et en plus, une bonne paire de bottes évite d’avoir froid aux pieds !

photo-12-froid
C’est pas beau, l’hiver ?

Chercher à lutter contre l’hiver, c’est une bataille perdue d’avance. Il est là pour durer, et il reviendra à coup sûr l’an prochain. Alors autant voir le bon côté des choses et profiter des joies offertes par cette belle saison. Quand on est mentalement et matériellement bien préparé, il n’est pas du tout difficile de passer un long hiver, cela peut même être agréable. J’espère vous avoir donné envie de visiter Hokkaidō en hiver !