Aventures dans le sud de Hokkaidō : février 2017

Février a été un mois plutôt tranquille, mais j’ai tout de même de beaux souvenirs à partager avec vous.

Le festival de la neige d’Onuma (5 février)
Le festival des neiges de Sapporo est sans doute le plus connu des festivals d’hiver du Japon. Mais d’autres endroits enneigés ont aussi leur petit festival, comme à Onuma. Les sculptures y sont de dimensions beaucoup plus modestes, mais cela reste un festival intéressant, car on peut y pratiquer diverses activités. Et puis le cadre est magnifique, avec le mont Komagatake en arrière-plan.

Photo 1
La pointe enneigée du Komagatake

Nous avons choisi deux activités, une randonnée en raquette et la pêche aux wakasagi, ces petits poissons qui se mangent frits. Les deux activités se déroulaient sur le lac Onuma, bien gelé en cette période de l’année. Il faisait doux et nous avions chaud durant la randonnée, mais il faisait très froid durant la partie de pêche, parce que nous étions immobiles. En plus, les poissons ne mordaient pas à l’hameçon, et l’appât finissait par geler au bout de la ligne. Ce fut néanmoins une très belle journée.

Photo 2
Rando en raquettes sur le lac Onuma
Photo 3
Ça ne mord pas…

 

Photo 4
Toboggan de glace !

Les adieux
Chaque année, de septembre à février, trois étudiants français viennent étudier à l’université Mirai Daigaku. Les trois qui sont venus cette année sont ma troisième « cohorte d’étudiants », et ils étaient drôlement sympathiques. Nous avons fait plusieurs activités et sorties ensemble mais comme toute bonne chose a une fin, il a malheureusement fallu se dire au revoir ce mois-ci.

La famille de l’un d’entre eux est venu lui rendre visite jusqu’à Hakodate, et nous sommes allés tous ensemble dans un izakaya. J’adore discuter avec les Français qui découvrent le Japon, pour connaître leurs impressions. Ça me permet de redécouvrir certains aspects que j’ai tendance à oublier avec le temps.

Le séminaire sur le tourisme
Ce mois-ci se poursuivait le séminaire sur le tourisme, à destination des personnes qui veulent devenir guide bénévole. Ce n’est pas mon intention, mais je m’étais dit que ça serait une bonne idée pour en connaître plus sur ma ville. Mauvaise idée…

Lors de l’atelier du 11 février, nous devions créer, en groupe, un itinéraire autour de la forteresse Goryokaku. Franchement, je n’y connaissais rien et les dames de mon groupe n’avaient pas l’air plus au courant. On a réussi tant bien que mal à faire un parcours, pas terrible à mon avis, puis il a fallu le présenter devant les autres groupes. La madame assise à mes côtés, une vieille relou dont je reparlerai plus loin, me demande d’être la personne qui présente pour notre groupe. Pourquoi moi l’étrangère, je n’ai pas bien compris. Je lui explique que je n’ai pas confiance en mon japonais, alors elle demande aux trois autres, parce qu’elle elle ne peut pas, elle doit partir. On est resté cinq minutes silencieuses, personne ne voulant se décider à présenter. Ça m’a énervé et j’allais me proposer quand une autre personne a dit qu’elle le ferait.

Après toutes les présentations, nous avons voté pour l’itinéraire que nous préférions, et la majorité des gens ont voté pour l’itinéraire que je n’aimais pas, parce que beaucoup trop pointu à mon goût. Je ne crois pas que des touristes demandent ce niveau précis d’informations, mais bon, c’est l’itinéraire choisi.

 

Photo 5
Tu le sens, le froid ?

Le 18 février, nous testons le parcours choisi. Pour moi, ça a été l’horreur. Tout d’abord, une tempête de neige s’est abattue sur Hakodate cet après-midi-là, et il faisait horriblement froid. En plus de ça, les explications des personnes qui avaient conçu le tour étaient interminables et nous devions rester 10 à 15 minutes à chaque endroit qu’ils avaient sélectionné, à écouter des points des détails alors que nous étions assaillis de tous côtés par le vent et la neige. C’est bien simple, on gelait sur place.

La vieille madame relou n’arrêtait pas de faire des commentaires et de poser des milliards de questions. Pour la première fois de ma vie, j’ai ressenti l’envie de tuer quelqu’un. Je me voyais en train de poser mes mains autour de son cou et de serrer de toutes mes forces en hurlant « Mais tu vas la fermer, ta gueule ! ». Au bout d’1h30, je n’en pouvais plus, et je me suis excusée en disant que j’avais trop froid et que je ne pouvais pas continuer.

Pour la séance du 25, nous étions en intérieur pour une séance divisée en deux parties. La première portait sur les points d’intérêt de la ville, et le conférencier expliquait vraiment bien, donc j’ai beaucoup aimé. Mais la deuxième partie, dont j’attendais pourtant beaucoup, a été décevante. Il s’agissait de la partie sur l’histoire de la ville, et peut-être qu’elle était intéressante, mais je n’ai rien compris. Tout d’abord, le présentateur, un vieux monsieur qui sentait la naphtaline, membre de la société d’histoire de la ville, n’a pas utilisé de PowerPoint et c’est bien embêtant pour moi, car ça me prive d’un bon support pour suivre une conférence en japonais. Il avait photocopié tout un tas de vieux documents sur du papier de mauvaise qualité et dans un ordre complètement anarchique. J’ai donc dû écouter pendant 1h30 un discours auquel je ne comprenais que dalle, et croyez-moi c’est long !

C’était au final un séminaire plus décevant qu’autre chose pour moi, mais les autres avaient l’air ravi.

Une affaire qui roule
Février a aussi été le mois « business », puisque nous avons décidé, avec une amie, de nous lancer. Tout n’étant pas encore bien défini, je ne peux pas vraiment en parler, mais nous avons énormément de soutien et nous formons une bonne paire.

Un de mes anciens collègues lance aussi sa propre compagnie, et il m’a convié à la première réunion de son équipe mais je ne pourrais malheureusement pas mener les deux projets de front.

DSC_0117
Avec mon épi légendaire, toujours présent lors des interviews avec photo

J’ai également lancé un cours de français pour débutants en février, et jusqu’à présent tout se passe bien. Je dois néanmoins travailler à la promotion de ce cours pour attirer plus d’élèves, mais je n’en ai pas eu le temps jusqu’à présent.

La jeune fille qui a commencé son cours privé le mois passé continue, plus motivée que jamais, et nous sommes passées à 2h par semaine pour elle.

Golden Week
Avec mon amie Orianne, qui vit à Tokyo, nous avions décidé de changer notre lieu de rencontre de l’année. D’habitude, c’est elle qui vient à Hakodate ou c’est moi qui vais la squatter à Tokyo, et on s’était dit qu’on devrait un jour voyager ensemble dans un endroit où ne nous sommes jamais allées.

Ce mois-ci, nous avons enfin eu le temps de nous mettre d’accord et de faire nos réservations. L’endroit où nous allons est souvent demandé aux amateurs de mots croisés, sous la définition « baie/ville du Japon en 3 lettres ». J’ai bien hâte de revoir mon amie, et bien hâte de découvrir une nouvelle région !

 Mars s’annonce déjà bien plus rock’n roll que février, et j’ai déjà hâte de partager la suite de mes aventures avec vous.

Publicités

2 réflexions sur “Aventures dans le sud de Hokkaidō : février 2017

  1. Eh bien ça fait plaisir à lire cet article avec ce nouveau projet, bien plus positif que le post de janvier, c’est cool ^^ ! Pour la partie visite guidée, je te rejoins complètement sur l’importance de maîtriser le temps et de rester sur un format court. Quand on enchaîne 2 à 3 semaines de voyage, on n’a pas forcément envie ou plus la force de faire des conférences de 2 heures sur un seul site.

    1. Bonjour Olivier et merci pour ta fidélité ! Merci également pour ton avis sur la visite guidée, n’en faisant pas trop moi-même je ne sais pas ce vraiment comment ça se passe.
      Février a été tranquille, mais meilleur que janvier c’est sûr… et pour l’instant, mars est merveilleux !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s