Aventures dans le sud de Hokkaidō : janvier 2017

Le climat de janvier
En début de mois, le ciel était souvent gris et c’était assez difficile pour le moral mais vers le milieu du mois, il a commencé à faire enfin beau. Mais le retour du ciel bleu s’est aussi accompagné de températures froides. L’hiver bat son plein !

Activités et promenades
Le 4 janvier, en début d’après-midi, j’ai rendez-vous avec Hanzawa-san, journaliste au Hakoshin (函新, diminutif de Hakodate Shimbun, le journal de Hakodate) au café Marutamagoya, pour une entrevue. Hanzawa-san prépare une série d’articles sur les personnes du signe du coq, dont je fais partie, et il m’a interrogée sur mes projets pour l’année à venir. J’y suis allée avec Romain, un étudiant français en échange, et après l’entrevue nous sommes allés nous promener. Nous avons marché depuis Motomachi jusqu’au sanctuaire Hachiman, dans le quartier Yachigashira, puis nous nous sommes arrêtés au Café Classic, qui est un de mes favoris à Hakodate.

 

photo-1
Hachiman-gu, Yachigashira

Le mercredi 11 janvier a sans doute été la journée la plus froide du mois. Il faisait -16 en température ressentie, et c’était assez pénible. Cet après-midi là, avec les étudiants français, nous avions une entrevue avec le journal Hokkaidō Shimbun pour l’événement « galette des rois » que nous organisons et qui aura lieu dimanche. C’était un certain Nishimura-san qui devait nous interroger, mais finalement, c’est Hoshino-san qui est venue. Je la connais bien et j’étais ravie de la revoir. Le soir, en rentrant de l’entrevue, nous avons décidé d’aller manger tous les trois au Lucky Pierrot. Lucky Pierrot est une chaîne de hamburger locale, très populaire.

 

photo-2
Le Chinese Chicken Burger, numéro 1 chez Lucky Pierrot

Le 13 janvier, la météo que j’attendais est là ! Après les grosses chutes de neige de la veille, avoir un beau ciel bleu est une aubaine pour aller faire des photos. Je voulais aller jusqu’au cap Tachimachi, mais j’ai finalement trouvé un bon endroit au parc Hakodate Kōen, dans le quartier d’Aoyagi-chō.

 

photo-3
Hakodate Gokuku-jinji

Dimanche 15 janvier, c’est le grand jour ! Aujourd’hui, nous fêtons les rois au Marutama Square de Kitami-san. Au total, une quarantaine de personnes sont attendues, 20 en matinée et 20 en après-midi. Le programme est le même que celui de l’an passé. Après avoir parlé brièvement de la tradition de la galette, j’ai donné un mini-cours de français et chaque table a pratiqué avec les étudiants français et Mizuki, qui étaient venus me donner un bon coup de main. Comme l’an passé, la journée a été longue et épuisante, mais tout s’est bien passé.

 

photo-4
Entrer une légende

En ce samedi 21 janvier, exceptionnellement, je ne travaillais pas le matin. J’ai donc eu la chance de pouvoir participer à un atelier où l’on pouvait apprendre à faire des soba. C’était très intéressant, mais vraiment compliqué ! Néanmoins, les soba fraîches sont bien meilleures que celles que l’on peut acheter en supermarché. Après l’atelier, Romain et moi avons marché jusqu’au cap Tachimachi. Il n’y avait personne, et c’était génial d’avoir pour nous seuls cet endroit si magnifique. Malgré les nuages, nous avions une bonne vue sur Ōma (préfecture d’Aomori) et sa centrale nucléaire… En redescendant, nous nous sommes arrêtés au café Laminaire, dans Hōrai-chō, pour prendre un café et manger un petit gâteau.

 

photo-5
Super Romain, le roi des soba !
photo-6
Le cap Tachimachi

Le mardi 24 janvier, j’ai testé un parcours touristique en compagnie de mon amie Mizuki. Ce tour était gratuit, mais en échange nous devions remplir un questionnaire pour donner notre avis. Nous sommes partis en bus de la gare de Hakodate pour dans un premier temps rejoindre Assabu (厚沢部) dont la spécialité est la pomme de terre et qui possède une forêt qui figure sur la liste des 100 plus belles promenades à faire au Japon. Nous n’y avons malheureusement pas fait grand-chose, à part manger une croquette de patates, par ailleurs délicieuse.

Nous avons ensuite continué notre route jusqu’à Esashi (江差). Nous avons visité la maison Yokoyama-ke, maison traditionnelle d’Esashi. Outre la partie habitation, cette maison comprend une enfilade de quatre kura (蔵 ,entrepôt). Autrefois, la mer arrivait juste à l’arrière des maisons et il suffisait d’en sortir son bateau pour aller pêcher.

photo-7
Esashi autrefois

 

photo-8
Sur la gauche, l’enfilade de aura

Après le repas, nous sommes ensuite allés visiter le sanctuaire Ubagami Daijingū, le plus vieux sanctuaire shintō de Hokkaidō, puis nous nous sommes promenés dans le village, dans une tempête de neige !

 

photo-9
Ubagami Daijin-gū, Esashi

 

Notre journée s’est terminée par des visites à Otobe (乙部), Kaminokuni (上ノ国) et Kikonai (木古内). Ah, Hokkaidō et ses noms de villages exotiques !

Le samedi 28 janvier débutait le séminaire sur le tourisme à Hakodate. Il faisait gris, le vent soufflait très fort et par conséquent, il faisait vraiment froid. Le séminaire avait lieu au centre culturel appelé Machizukuri Center (まちづくりセンター) et s’adresse avant tout aux personnes qui souhaitent devenir guide bénévole, mais tous ceux qui s’intéressent au tourisme sont bien sûr les bienvenus. Au total, cinq après-midi seront consacrés à ce séminaire.

Il y avait trois types de participants : des vieux, des gens qui viennent étaler leurs connaissances et des jeunes femmes qui semblent être des femmes au foyer. J’étais évidemment la seule étrangère et je détonnais un peu dans le paysage.

La conférencière du jour était la présidente de l’association des guides touristiques bénévoles de la ville. Elle nous a parlé de choses plutôt évidentes, mais c’était tout de même intéressant. Après sa présentation, elle nous a emmené faire une démonstration de la façon dont elle guide les touristes dans le quartier historique de Motomachi. Un vent terrible soufflait et nous étions tous glacés, il a donc fallu abréger le tour. Comme nous étions en extérieur, je n’entendais pas bien et j’ai eu du mal à comprendre les explications de la guide, ce qui m’a un peu frustrée. La prochaine session aura lieu le 11 février et le thème sera « Construisons l’itinéraire d’un tour ! ».

Apprentissage du japonais
Quand mon contrat de travail à l’école a pris fin, je me suis retrouvée avec plus de temps libre et en septembre 2016 j’ai repris les cours de japonais. Les cours ont lieu tous les jeudis après-midi et l’inscription à un trimestre coûte 3,000 yens seulement.

En début de mois, en l’absence de cours, j’ai eu du mal à étudier. Mon problème avec l’apprentissage du japonais depuis mon arrivée au Japon, c’est que la grammaire me ressort par les yeux. J’ai l’impression de ne pas apprendre de choses qui me soient utiles dans l’immédiat, et je ne suis pas motivée.

Du coup, même si j’aime bien étudier les kanjis et le vocabulaire (parce que j’en vois l’utilité immédiate quasiment de suite), je n’étudie pas du tout la grammaire qui ressemble pour moi à un obstacle insurmontable.

En réfléchissant au problème, j’ai décidé de changer ma méthode d’apprentissage :

  • tout d’abord, je vais redéfinir mes objectifs d’apprentissage pour savoir où je veux aller ;
  • je vais continuer à étudier les kanjis et le vocabulaire comme je le fais maintenant, car j’aime bien et je m’en sors aussi plutôt bien ;
  • je vais essayer de trouver un autre moyen d’apprendre la grammaire :
    • je commencerai par travailler les points grammaticaux que j’entends souvent, que je comprends à peu près mais que je ne suis pas encore capable d’utiliser (j’en ai identifié quelques uns comme ça)
    • ensuite, en fonction de ce que j’aurais entendu dans une conversation ou à la télé, je sélectionnerai un point de grammaire
    • ou bien je travaillerai à partir de différents textes écrits qui m’intéressent, journal, magazine, page Internet ou encore extrait de roman.

Travail
Le cours de français que je donne à l’université d’éducation (北海道教育大学, Hokkaidō Kyōiku Daigaku) reprend le 6 janvier. Je trouve que mes élèves ont un peu de mal à suivre et je songe à changer de manuel l’an prochain ou bien à créer un cours sur mesure.

Le 14 janvier, c’est la reprise des cours au lycée. Je suis ravie de retrouver mes élèves et mes collègues, et ça a l’air réciproque. J’adore enseigner au lycée, parce que j’adore être en contact avec les ados. Je trouve que c’est un chouette âge, on les voit évoluer et c’est touchant.

J’ai aussi décidé de me lancer dans les cours privés, bien que cela ne m’enchante pas trop. Le 17 janvier, j’ai réservé une salle dans un centre culturel, pour démarrer des cours en groupe le mois prochain. Cela faisait des semaines que je repoussais cette tâche, et je suis bien contente de l’avoir finalement accomplie. Il me reste à faire la promotion de mes cours.

Le 18 janvier, je donne un cours de français au centre culturel Fururu, dans le quartier de Yachigashira. Six personnes se sont inscrites, et l’une d’entre elles viendra au cours de février.

Le 19 janvier, c’est le début du cours particulier donné à Nana, une lycéenne venue à la galette des rois et qui rêve depuis longtemps d’apprendre le français. Elle est très motivée, et est ravie d’avoir enfin trouvé une professeur de français. Mon seul problème avec Nana, c’est de canaliser son enthousiasme. L’apprentissage d’une langue étrangère est, selon moi, un marathon plutôt qu’un sprint, et il ne faut surtout pas en faire trop en début d’apprentissage, au risque d’être découragé.

Le 17 janvier, j’avais rendez-vous à 18h au restaurant Colz avec mon ami Kenichi, qui voulait me présenter une de ses anciennes collègues. Elle vit maintenant en France, et a épousé un Français. Si Kenichi tenait à me la présenter, c’est parce qu’elle est à la recherche d’un(e) interprète japonais-français pour sa petite cérémonie de mariage qui aura lieu en octobre. Le courant est bien passé entre nous, et je serai donc l’interprète. Ce sera ma toute première expérience dans ce domaine, et j’espère bien m’en sortir.

Publicités

2 réflexions sur “Aventures dans le sud de Hokkaidō : janvier 2017

  1. tetoy

    Wah ça fait beaucoup de choses en si peu de temps.
    J’aimerais trouver autant de courage et de motivation pour arriver à planifier ce que je souhaite faire, mais dont la flemme prend (souvent ? Toujours ?) le dessus XD

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s