Emmener son chat au Japon

Quand nous avons adopté Momo il y a 4 ans, nous savions déjà qu’il lui faudrait un jour traverser un océan pour changer de vie. Lequel, là était la seule question. Il s’est avéré que ce devait être le Pacifique, un très long voyage depuis Ottawa (est du Canada) jusqu’à Hakodate (nord du Japon).

Voici quelques conseils pour voyager avec votre chat dans les meilleures conditions possibles, en toute sérénité étant impossible.

Momo à Montréal, âgée de quelques mois
Momo à Montréal, âgée de quelques mois

La procédure administrative

Je ne reviendrai pas ici sur les détails de la procédure, car il se peut qu’elle change au fil du temps et aussi car elle est très bien expliquée sur le site Web du ministère de l’Agriculture japonais (en anglais) : http://www.maff.go.jp/aqs/english/animal/dog/import-other.html. Par contre, je peux vous donner quelques conseils non écrits dans cette procédure et basés sur mon expérience personnelle.

1) Commencez la procédure suffisamment tôt

C’est sûr, vous allez partir mais vous ne savez pas quand. Dans deux ou trois ans peut-être… et bien il n’est pas trop tôt pour vous préparer ! Vous pouvez déjà enclencher les premières étapes de la procédure d’importation d’un animal de compagnie au Japon :

  • faites implanter une micropuce à votre chat : élément indispensable pour identifier un animal de compagnie qui voyage, la micropuce est aussi un bon moyen d’aider à l’identification de votre chat en cas de fuite éventuelle de celui-ci. Momo a été « micropucée » en même temps que son opération de stérilisation, elle était donc anesthésiée au moment de l’implantation, et n’a rien senti. Avant l’implantation, assurez-vous auprès de votre vétérinaire que la puce est de norme ISO, car les services de quarantaine des aéroports sont équipés de lecteurs pouvant lire ce type de puces uniquement. Si on a implanté un autre type de puce à votre chat, pas de panique ! Il est possible de louer ou d’acheter des lecteurs de micropuce sur Internet.
  • faites régulièrement vacciner votre chat contre la rage : comme pour l’implantation de la micropuce, le fait de vacciner régulièrement votre chat contre la rage vous fera gagner un temps précieux sur la procédure. Faites bien attention au type de vaccin administré à votre animal : il doit être inactif !
  • faites faire un test antirabique à votre chat : actuellement, le résultat de ce test est valide pour 2 ans. Même si vous ne connaissez pas encore votre date de départ, vous pouvez le faire d’avance. Là encore, cela vous fera gagner beaucoup de temps sur la procédure car n’oubliez pas que vous devez attendre 180 jours, soit environ 6 mois, entre la date de ce test et la date de votre arrivée au Japon.

2) Communiquez très tôt avec les autorités japonaises

Votre chat a sa micropuce, ses deux vaccins contre la rage, vous avez obtenu le résultat de son test antirabique mais voilà, vous ne savez pas encore exactement quand vous partirez et vous pensez ne pas pouvoir passer à la prochaine étape, à savoir remplir le formulaire « Advance notification form ». Ne mettez surtout pas la procédure en pause et communiquez dès maintenant avec les autorités japonaises !

Dans notre cas, nous ne pouvions connaître la date de notre arrivée au Japon qu’un mois avant de partir, et ce délai est trop court pour soumettre ce formulaire. Nous avons donc communiqué avec les autorités japonaises, qui nous ont demandé de remplir le formulaire au meilleur de notre connaissance et de signaler les modifications éventuelles à l’aide du formulaire « Modification on notification form ».

De la même manière, nous ne pouvions pas faire l’examen vétérinaire 48h à l’avance comme recommandé, c’était trop tard pour nous. Nous avons donc demandé si le faire 10 jours avant était possible, et on nous a donné le feu vert.

Il nous a régulièrement été demandé d’envoyer des copies de nos différents documents, qui ont été attentivement vérifiés. La procédure peut paraître longue et fastidieuse, mais quand on vous dit « oui, c’est bon » c’est vraiment « oui, c’est bon » et vous pouvez partir l’esprit tranquille.

Momo en plein apprentissage du japonais
Momo en plein apprentissage du japonais

Il est important de communiquer en permanence avec les autorités japonaises et de bien suivre leurs instructions. En cas de doute, n’hésitez pas à leur poser vos questions.

3) Achetez votre sac ou cage de transport quelques semaines avant le départ

Pour Momo, cage de transport = vétérinaire = mal. Pour la préparer au voyage, nous avons acheté son sac de transport plusieurs semaines à l’avance. Le matin, je le mettais dans le salon et le soir, je le redéposais dans notre chambre, toujours ouvert. En peu de temps, elle a choisi de s’y installer pour faire ses siestes. L’équation a donc changé : sac de transport = sieste = bien.

Momo dans son de transport, à Ottawa
Momo dans son de transport, à Ottawa

4) N’oubliez pas vos originaux !

Lors de votre arrivée au Japon, vous devrez présenter vos documents originaux (formulaires, certificats de vaccination, résultat du test anti-rabique, etc.). Ne les oubliez surtout pas !

Le voyage en lui-même

Cette partie de la procédure était pour moi la plus inquiétante et je me sentais mal d’imposer ainsi un si long voyage à Momo. Mais parfois on n’a pas le choix, et il faut en passer par là ! Je vous donne ici quelques conseils généraux pour que le voyage soit le moins désagréable possible, pour vous comme pour votre chat. Chaque animal étant différent, il n’y a pas de recette miracle alors gardez bien une chose à l’esprit : la personne qui connaît le mieux votre chat, c’est vous ! Faites confiance à votre instinct, et choisissez les options qui vous conviennent le mieux à tous les deux.

1) En cabine ou en soute ?

Parfois, on n’a pas le choix et il nous faut mettre notre bien-aimé en soute. En passant, contrairement à une croyance répandue, l’espace réservé aux animaux ne se situe pas au même endroit que les bagages !

Il est important, en premier lieu, de vérifier les exigences de la compagnie aérienne. Si les animaux de compagnie sont acceptés en cabine, pensez à vérifier les points suivants :

  • Quel genre de cage faut-il utiliser ?
  • Quelles sont les dimensions autorisées pour la cage ?
  • Quel est le poids maximal autorisé ?
  • À quel moment devez-vous aviser la compagnie aérienne que vous voyagerez avec un animal ?

Comme je le disais en préambule, vous êtes la personne qui connaît le mieux votre chat, vous devez donc penser à ce qui sera moins stressant pour lui en fonction de son tempérament. Momo est une chatte très peureuse, et en-dehors de mon mari et moi, personne ne peut l’approcher. Les visites chez le vétérinaire, même pour un simple vaccin, sont de grandes sources de stress pour elle, à tel point qu’elle fait ses besoins sur la table d’auscultation avant même que le vétérinaire ne l’ait touchée ! Elle est aussi très câline, toujours collée à moi, attendant même devant la porte de la salle de bains que j’ai terminé ma douche. Son tempérament étant ce qu’il est, j’ai toujours pensé qu’il serait préférable de l’emmener en cabine avec moi, ce que j’ai fait.

Certains chats peuvent miauler relativement fort dans des situations de stress, mais Momo n’a miaulé que deux fois au cours du trajet. Ces deux fois, j’ai quitté mon siège avec le sac pour ne pas déranger mes voisins, et nous nous sommes installés à l’arrière, près des toilettes, le temps que ça passe.

Enfin, prenez aussi votre bien-être en considération. En effet, vous devrez déposer le sac contenant votre chat sous le siège devant vous, ce qui enlève tout espace pour allonger ses jambes. Si vous êtes en mauvaise condition physique, il serait peut-être plus sage d’opter pour un voyage en soute.

Momo en transit à l'aéroport de Vancouver
Momo en transit à l’aéroport de Vancouver

2) Nourriture et eau

Sur Internet, nous avions lu des conseils disant qu’il était préférable de ne pas nourrir l’animal 12h avant le voyage, afin d’éviter qu’il ait envie de faire ses besoins. Mais sachant que le voyage allait durer environ 24h, cela nous a paru impossible et nous avons décidé de ne rien changer à nos habitudes. Notre vétérinaire, à qui nous en avions parlé, nous a confirmé qu’il valait mieux la nourrir normalement, car la faim pourrait induire du stress supplémentaire.

Pour le voyage en lui-même, j’avais apporté suffisamment de croquettes dans un sac plastique, ainsi qu’un sachet des friandises favorites de Momo. Alors qu’en temps normal elle se jette sur ces friandises, elle a dû en manger trois ou quatre tout au long du voyage, et rien d’autre.

Pour l’eau, j’ai découpé un gobelet en polystyrène pour ne garder que le fond et un peu de rebord, et j’ai demandé à l’agent de bord de me donner des glaçons. Ainsi, le chat peut s’hydrater sans que vous ayez à vous soucier de renverser de l’eau partout. Vous pouvez aussi demander à votre vétérinaire de vous fournir de petites seringues en plastique.

3) Les besoins

Le jour du départ, nous avons quitté notre appartement à 7h du matin. Momo était allée aux toilettes la veille au soir, et n’y est malheureusement pas retournée avant notre départ. Cela faisait donc déjà environ 8h qu’elle n’avait pas été dans sa litière, et il allait maintenant falloir attendre 24h pour pouvoir y aller.

Nous nous étions de toute façon préparés à la possibilité qu’elle ait envie de faire ses besoins durant le voyage, et avions donc tapissé le fond du sac de transport de « puppy pads », sortes d’alèses utilisées pour entraîner les chiots à la propreté. Nous en avions empilé quatre, nous disant qu’on pourrait les retirer au fur et à mesure que Momo les salirait.

J’en avais également mis dans mon sac, et lors de notre escale à Vancouver, nous avons investi les toilettes « Famille » pour laisser Momo sortir de son sac et faire ses besoins sur l’alèse si nécessaire. Mais en fait, elle n’a rien fait de tout le voyage, elle s’est retenue jusqu’à son arrivée à l’hôtel pour animal de l’aéroport d’Haneda.

4) Calmant ou pas calmant ?

Autre question que l’on se pose quand on prépare un long voyage avec son animal de compagnie : est-ce que je lui donne un calmant ou pas ? Là encore, je dirais que tout dépend du caractère de l’animal.

Quand nous avons fait faire sa prise de sang pour le test antirabique, Momo était tellement agitée que le vétérinaire a dû lui administrer un produit anesthésiant. Oui mais voilà, notre Momo est tellement forte que cela a pris beaucoup de temps avant de faire effet. Et dès que le vétérinaire lui a donné l’antidote, elle a commencé à essayer de se remettre sur ses pattes. De retour à la maison, elle avait l’air hallucinée et semblait se demander ce qui lui arrivait.

Ainsi, nous en sommes arrivés à la conclusion que le calmant pourrait, dans son cas, lui faire plus de mal que de bien. De plus, comme le vétérinaire nous l’avait justement souligné, les effets du calmant auraient été dissipés bien avant la fin du voyage. Pour prendre votre décision, fiez-vous à votre expérience avec votre animal et demandez conseil à votre vétérinaire.

On déménage bientôt !
On déménage bientôt !

L’arrivée au Japon

La dernière étape de la procédure d’importation d’un chat au Japon se fait à l’arrivée à l’aéroport. C’est très simple et très rapide : vous fournissez vos documents originaux, et l’agent présent scannera la puce de votre chat pour s’assurer qu’il s’agit bien du bon animal.

Où laisser son chat quand on n’a pas encore d’appartement

Avant de partir pour Hokkaido, nous avons dû rester deux jours à Tokyo. Bien évidemment, il n’est pas possible de trouver d’hôtel acceptant les chats. Nous avons donc choisi de laisser Momo dans l’hôtel pour animal de compagnie de l’aéroport d’Haneda, proche de l’endroit où nous-mêmes restions.

Devoir laisser Momo après un si long voyage m’a brisé le cœur mais les jeunes filles travaillant dans cet hôtel semblaient si gentilles que j’étais dans le même temps rassurée. Je suis passée voir Momo le lendemain matin, pour voir si elle allait bien. Elle déteste rester en pension, et était donc très énervée mais elle était à l’évidence en pleine forme !

Le jour suivant, nous partions pour Hakodate et sommes venus récupérer notre chère Momo à son hôtel. Les employées nous ont remis une fiche sur laquelle était notée le comportement de Momo durant son séjour, le nombre de fois où elle est allée à la litière, ce qu’elle y a fait et en quelle quantité (!) et ce qu’elle a mangé et en quelle quantité. Momo a aussi eu droit à une jolie carte de fidélité.

La carte de fidélité de Momo
La carte de fidélité de Momo

Nous nous sommes ensuite tous les trois envolés pour Hakodate. Cette fois, pas le choix : Momo a dû aller en soute. Mais pour un vol d’1h30, ce n’était pas si dramatique. Momo n’a même pas eu besoin de sortir de son sac de transport. Les employés d’ANA l’ont déposé telle quelle dans une cage de plastique dur.

Avant de pouvoir vivre dans notre nouvel appartement, nous avons dû rester une semaine à l’hôtel. Nous avons choisi le Park Hotel d’Hakodate car un espace réservé à l’accueil des animaux dans un bâtiment séparé était disponible. Ce bâtiment peut accueillir aussi bien les chats que les chiens, et il est possible de s’y rendre à n’importe quel moment pour prendre soin de son animal. Aussi, sur le téléviseur qui se trouvait dans le hall d’accueil de l’hôtel, était diffusé en permanence des images de Momo, ce qui nous permettait de voir comment elle allait à tout moment sans avoir besoin d’entrer dans le bâtiment à chaque fois.

Bien évidemment, la semaine fut longue pour Momo, et elle commençait à montrer des signes d’impatience au bout de deux ou trois jours. Aujourd’hui, nous sommes installés dans notre appartement depuis bientôt six mois et Momo s’est super bien acclimatée à sa nouvelle vie… tout comme nous !

Un nouveau canapé confortable !
Un nouveau canapé confortable !
Et un nouvel arbre à chat !
Et un nouvel arbre à chat !
Publicités

35 réflexions sur “Emmener son chat au Japon

  1. Akira

    Merci beaucoup pour toutes ces informations ! Nous allons nous installer au Japon dans qques mois, et déjà je me préoccupe de mes 2 voyous ! Ce témoignage est vraiment positif. En revanche je m’inquiète pour mon vieux matou de 13 ans. Il est comme Momo très craintif. Je me demande si le voyage ne sera pas trop dur pour lui :/

    1. Bonjour Akira et merci pour ton commentaire ! Je ne sais pas comment ton chat craintif réagit quand il a peur, mais la stratégie de Momo dans ces cas-là est de se faire oublier. Du coup, elle est restée hyper tranquille dans sa cage, ce qui était très pratique pour nous ! Est-ce que ton chat de 13 ans est en bonne santé ? Je vous souhaite un très beau voyage, et beaucoup de bonheur et de découvertes au Japon !

    1. Bonjour Marlène,

      Je suis contente que cet article ait pu vous aider. Je l’ai justement écrit dans le but d’aider le plus de propriétaires d’animal de compagnie possible, car je sais qu’un déménagement international est un grand stress.

  2. Wouah vraiment bien expliqué !
    Merci beaucoup !
    Je stressais tellement pour cette étape x’D
    Je pars en Septembre et je veux aussi emmené mon bébé chat pour qu’il vive avec moi :3
    Mais je ne savais vraiment pas tout ce qu’il fallait ><
    Là tu m'as vraiment bien renseigné !
    Mais par contre, tu as réussit à avoir avec toi Momo dès que tu es arrivée au Japon ? :O
    Elle n'a pas été mise en quarantaine ? Parce que sur des sites ils parlent de quarantaine, et j'avoue que mon chat détestant être seul ça va pas être la joie. Du coup s'il n'y a pas de quarantaine comme toi ça serait tellement génial pour lui *0*

    1. Bonjour Michiyo !

      Par « quarantaine », les autorités japonaises entendent 180 jours d’attente entre le jour de la prise de sang pour le test sur la rage et le jour du départ au Japon. Ces 180 jours, ton chat les passe tout simplement chez toi, cela ne change donc rien pour lui.

      Puisque vous partez en septembre, je vous conseille très fortement de commencer les démarches dès maintenant. Le temps passe très vite et la procédure est longue.

      N’hésitez pas si vous avez d’autres questions. Bon courage à vous et à votre chat !

  3. Bonjour et merci pour cet article très constructif ! J’ai une question sur « l’après ». Il n’y a pas eu de problèmes dans l’appartement ? Le chat a été « accepté » directement par le propriétaire ? (enfin je ne sais pas si vous louez ou si vous avez acheté)

    1. Bonjour Nya !

      Nous avons choisi notre appartement locatif avant notre départ du Canada. Nous avons contacté une agence immobilière qui nous a été suggérée par un collègue de mon mari, et nous avons précisé que nous avions un chat.

      Bien entendu, le fait d’avoir un animal de compagnie réduit considérablement le choix d’appartements disponibles. Cependant, la recherche par l’agence a été très rapide et nous avons choisi leur première suggestion d’appartements. Cela s’est donc fait très vite et sans stress puisque l’agence s’est occupée de tout.

      Bon courage à vous dans vos démarches !

      1. D’accord, merci beaucoup pour vos réponses ! 🙂 Une autre question. Le « coût de vie » du chat est-il plus important que dans les autres pays ? Ou ça reste raisonnable ? Qu’en est-il du vétérinaire etc ? Je ne trouve pas grand chose sur ça, sur internet..

      2. Bonjour Nya !

        Désolée pour ma réponse, j’ai été très occupée ces derniers temps.

        En ce qui concerne le vétérinaire, puisque cela ne fait pas encore tout à fait un an que nous sommes ici, nous n’y sommes pas encore allés. Je ne peux donc pas vous renseigner sur les prix.

        En ce qui concerne la nourriture, je ne trouve pas cela plus cher qu’au Canada. Même chose en ce qui concerne le service de garde, que nous avons utilisé quand nous sommes partis en vacances en fin d’année.

        J’espère avoir pu vous aider un peu.

  4. Mélia Sgns

    Bonjour!
    Super article, félicitations!

    Peut-être auriez vous un conseil pour moi: je dois partir au Japon pour un an. J’aimerai beaucoup amener mon chat mais sur place je risque de beaucoup bouger, et donc de devoir le laisser chez une amie à Tôkyô. Même si j’y retournerai de temps en temps, je ne serais pas beaucoup là. N’est-il pas mieux dans ce cas que je trouve quelqu’un pour le garder en France, afin de lui éviter tout ce voyage?

    Je me demande si ce n’est pas le mieux pour lui, même si me fend le coeur et que j’ai qu’une peur c’est qu’on ne veuille pas me le rendre au bout des un an parce qu’il est beaucoup trop mignon!! hihi

    Un conseil pour moi?

    Merci beaucoup!! 🙂

    1. Bonjour Mélia et merci pour votre commentaire !
      Comme je le dis dans mon article, c’est vous qui connaissez le mieux votre chat et qui pouvez prendre la meilleure décision pour lui et pour vous. Est-il capable de supporter deux trajets en avion en un an ? Est-il capable de s’adapter à un nouvel environnement ?
      Personnellement, si j’avais quelqu’un de confiance en France pour prendre soin de mon chat durant un an, je ne lui ferais pas faire le voyage.
      Mais encore une fois, c’est votre décision ! Et quoi que vous choisissiez, je vous souhaite le meilleur à votre chat et à vous !

  5. Lucielly Neko

    Coucou ^^

    Merci pout ton article c’est vraiment très bien expliqué 😉

    Moi aussi je déménage mais à Tokyo, pas facile mais ça en vaut la peine (^^)

    Morganne est à l’étape 4 ou il faur qu’elle attende 180 jours.

    Et je suis en train de regarder les « Certificate form A and form B » qu’il faut faire tamponner par le gouvernement en charge à minimum 40 jours du départ … Comment a tu fait ? C’est le vétérinaire qui les envoit directement ? Comment ça se passe ?

    Merci d’avance et encore merci pour ton article (^^)

    PS : Morganne devient de plus en plus suspicieuse Oo

    1. Bonjour Lucielly et merci pour ton commentaire ! Pour les formulaires A et C, je les ai remplis moi-même, sauf la partie du formulaire C réservée à l’examen clinique du véto habituel. Pour le tampon du vétérinaire officiel, il m’a fallu aller à l’Agence canadienne d’inspection des aliments, responsable de ce genre de formulaire. Pour la France, je ne sais pas où il faut aller…

  6. PATRICE

    Bonjour Paméla,

    merci pour cet article très bien construit.

    Je pars cet été au Japon avec mon chat et grace à ton article, j’ai pu suivre la procédure depuis le début. J’ai d’ailleurs déjà reçu l’accord des services vétérinaires d’Haneda.

    Ne reste plus à ce que Air France ne fasse pas grève cet été car une fois que tu as donné ton jour, heure et aéroport d’arrivée, il est impossible de changer quoi que ce soit !!

    1. Bonjour Patrice et merci pour ton commentaire ! Je suis bien contente que l’article ait pu t’être utile. J’espère aussi pour toi qu’il n’y aura pas de grève d’Air France ! En cas de pépin, il faudrait que tu communiques d’urgence avec les autorités japonaises, car je sais qu’il existe un formulaire « Modification on notification of import of animals ».
      Sinon, as-tu décidé d’emmener ton chat en cabine avec toi ou vas-tu le laisser aller en soute ?

    1. Bonjour Juliette !

      Momo n’a fait aucune quarantaine. Si vous respectez bien la procédure, il n’y a aucun problème à l’arrivée et votre animal sort avec vous. De plus, comme je l’ai expliqué plus haut, il n’y a pas de quarantaine dans la procédure. Il faut juste respecter une période d’attente de 180 jours entre le jour de la prise de sang pour le test sur la rage et le jour du départ au Japon. Ces 180 jours, le chat les passe tout simplement chez lui, cela ne change donc absolument rien pour lui.

      J’espère avoir répondu à vos questions et n’hésitez pas si vous en avez d’autres !

  7. Bonjour 🙂
    Merci pour cet article très détaillé et rassurant 🙂
    En sais-tu davantage sur les conditions du voyage en soute ? Est-ce que quelqu’un du personnel reste avec les animaux au cas où l’un d’eux est malade ?
    Je compte faire un visa vacances/travail de 1 an mais j’ai 4 chats et ça risque d’être très compliqué de les amener, et encore plus de me loger ensuite.
    Mais je suis inquiète parce que nous sommes très fusionnels et ils retournent déjà la maison quand je rentre tard d’une soirée et sont super stressés quand je ne suis pas là :/
    Je ne sais pas trop quoi faire, mais je n’ai pas vraiment envie de me priver de Japon. Mon père a proposé de les garder et en prendrait grand soin mais je suis inquiète, je ne sais pas quoi faire.

    1. Bonjour Elonia !
      Pour le voyage « en soute », d’après ce que j’ai compris, les animaux ne voyagent pas vraiment « en soute », c’est-à-dire qu’ils ne sont pas avec les bagages mais dans un endroit à part. Je ne crois pas qu’il y ait du personnel affecté aux animaux, mais je crois qu’ils peuvent y avoir accès. Mais tout ça est à prendre au conditionnel, je ne suis pas sûre du tout.
      Puisque tu pars pour un an seulement et que tu as une personne de confiance pour garder tes chats, je pense que tu ne devrais pas les amener. En effet, cela va te causer des soucis inutiles pour le voyage, et cela va limiter tes choix de logement au Japon. De plus, si tu veux pouvoir profiter à fond de ton séjour ici et voyager, tu seras embêtée car tu n’auras personne pour faire garder tes chats.
      Je comprends ton inquiétude de les laisser, je suis moi-même une « maman poule » avec Momo (limite idiote) mais si j’étais partie seulement un an et que ma famille aurait pu la garder pour moi, je ne l’aurais pas emmenée.
      À toi de voir ce que tu souhaites, mais je pense que tes chats seront très bien avec ton Papa, et que tu profiteras mieux de ton séjour au Japon.

  8. Doowy

    J’arrive deux ans après l’article, mais est-ce nécessaire de faire faire un passeport animalier pour le chat ? je n’ai pas lu ça dans votre article. Je suis en France, pour voyagé dans l’Europe il en faut un ainsi que pour faire rentrer un animal venant d’hors de l’Europe. Du coup comme je sais pas si je vais finir ma vie au Japon, je me demandais… un conseil ?

  9. Francois

    Bonjour Pamela !
    Je te remercie pour cet article tout à fait intéressant et qui rassure pour le transport prochain de notre matou.
    Ma copine doit me rejoindre à Tokyo une fois que la quarantaine sera finie. Elle vit actuellement à Montréal.
    D’après ce que j’ai vu sur les différents sites consultés, le test ne peut se faire que dans le centre situé au Kansas, il faut donc envoyer le sang dans un colis réfrigéré etc…
    T’es-tu occupée toi-même de tout ça ? Est-ce ton vétérinaire du Canada qui a tout fait pour toi ? Combien ça a coûté au final ? (le test lui-même et l’envoi des résultats semblent coûter 90$ et 50$).

    Merci d’avance pour toutes les précisions que tu pourrais nous apporter pour cela, car je n’ai rien vu sur ce sujet précis.

    1. Bonjour François ! J’ai fouillé dans mes archives et le test + l’envoi nous avait coûté 265,09$ hors taxes. L’envoi a été fait par le vétérinaire.
      Aussi, n’oublie pas que la période d’attente de 180 jours débute à partir du moment où l’échantillon de sang pour le test anti-rabique a été prélevé.
      Bon courage dans tes démarches et bon voyage au minou. Tout va bien se passer !

      1. Francois

        Merci Paméla pour cette réponse rapide. Oui je pense aussi que ça va bien se passer même si l’attente va être longue.
        Ma copine aimerait éventuellement passer par la France avant d’arriver au Japon, faudra que je vois si c’est faisable pour le minet vis-à-vis du Japon.

      2. Bonjour François ! À ma connaissance, il n’est pas possible de faire voyager le chat dans un autre pays avant d’arriver au Japon, car c’est le principe même de la quarantaine qui peut être remis en cause. Renseignez-vous bien surtout !

      3. Francois

        Bonjour Paméla ! J’espère que ça va bien !
        Dis moi, aurais-tu l’adresse de la clinique à laquelle tu t’étais adressé pour le titrage rabique ?
        Je viens de téléphoner à 2 clinique (de la même boite) et ils m’annoncent 400$ + taxes pour ça.
        Si on peut économiser 130$ ça serait vraiment cool (à moins que les prix aient changé depuis le temps ^^; ).

        Merci d’avance et bonne semaine !

      4. Bonjour François ! La clinique où nous sommes allés s’appelle « Clinique vétérinaire de Hull »et est situé à Gatineau. Le véto qui s’est occupé de Momo est le Dr Kader, c’est un homme formidable ! Bonne continuation !

      5. Francois

        Bonjour Paméla,

        Merci pour cette réponse rapide, j’en prends bonne note alors et je regarderai s’il propose toujours les mêmes tarifs.
        Très bonne journée à toi 🙂

  10. Lucie

    Bonjour !

    Votre article est vraiment très optimiste, et cela me rassure beaucoup 🙂 Le caractère de mon Théod, de plus, est à quelques détails identique à celui de votre Momo. Votre témoignage a donc illuminé ma journée ^^
    Je me demandais, cela dit, comment vous vous y étiez pris pour trouver un bailleur qui accepte les chats… ?

    Mes remerciements, et bien à vous.

    1. Bonjour Lucie ! Je suis contente si cet article a pu vous rassurer.
      Pour l’appartement, nous avons simplement donné nos critères à une agence, qui s’est chargée de nous trouver le bon appartement. Avoir un animal réduit grandement le choix, mais ce n’est pas mission impossible non plus.
      Bon voyage à Théo !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s