Au boulot ! Mon premier emploi au Japon

Cela fait déjà un petit moment que je n’ai pas écrit. Non pas que je n’ai rien à raconter, bien au contraire, mais je manque cruellement de temps, et souvent d’énergie. Le principal responsable est un travail à temps plein qui a débuté il y a un peu plus d’un mois. Un travail de bureau. 100 % en japonais. Autant vous dire que les premiers jours, je rentrais extenuée du travail, avec un sacré mal de crâne en prime.

Depuis, même si travailler en japonais reste très difficile, je me suis un peu habituée et la fatigue se fait moins ressentir qu’au début. Ce travail est en fait un programme de 9 mois destiné à aider les étrangers nouvellement installés dans la ville ou les Japonais revenant d’un long séjour à l’étranger à (ré)intégrer le marché du travail japonais. En plus des tâches quotidiennes, nous avons des cours (notamment un cours de japonais) et nous devons travailler sur un projet particulier. Nous devons aussi réfléchir à un projet d’emploi pour l’avenir, et pour nous y aider nous voyons un conseiller en emploi une fois par mois.

Les deux autres personnes bénéficiant de ce programme sont des Japonais, un homme ayant vécu 30 ans aux Etats-Unis et une jeune fille de 27 ans ayant toujours vécu à l’étranger jusqu’à l’année dernière. Les deux parlant bien japonais, je suis la seule à ne pas tout bien comprendre, et bien souvent je me sens incompétente. Mais mes camarades ont aussi des moments difficiles. En effet, il est parfois frustrant pour eux de ne être capable d’utiliser le keigo (langage honorifique) ou d’écrire correctement. L’une de ces personnes ne sait d’ailleurs lire que quelques kanjis, et sur ce point je suis moins pénalisée qu’elle.

Malgré les difficultés, je me considère chanceuse d’avoir trouvé cet emploi. En effet, l’environnement de travail est assez relax : pas d’heures supplémentaires et possibilité de venir travailler en jean et Converse si on veut. Par contre, notre pause déjeuner est très courte, 45 minutes seulement, et nous n’avons pas d’autres pauses dans la journée. Pour la fumeuse que je suis, c’est plutôt raide.

Le gros point noir de ce travail, et probablement de tout emploi au Japon, est pour moi le système senpai/kôhai. Le ou la senpai est la personne qui a plus d’ancienneté dans l’entreprise par rapport à un(e) autre qui est le ou la kôhai. Étant arrivée la dernière, je suis la kôhai de tout le monde, et tout le monde est mon senpai. Même si j’ai plus d’expérience que les trois quarts de mes collègues, je dois faire ce que l’on me dit de faire de la façon dont on me dit de le faire. C’est très frustrant, et parfois blessant. J’ai l’impression que l’on ne tient pas du tout compte de mon expérience passée, de mes compétences, et du fait que je ne vis au Japon que depuis 5 mois.

Bien souvent, je sens qu’on attend de moi que je me comporte comme une Japonaise. Cette impression est renforcée par la présence dans l’organisation où je travaille d’étudiants américains en séjour linguistique pour deux mois. Pour eux, tout le monde se plie en quatre, et personne ne dit rien face à certaines grossières erreurs de comportement. Mais à moi, on ne me laisse rien passer (tout comme à mes deux autres collègues non plus, d’ailleurs). Ce qui m’amène à plonger dans la réalité d’un autre concept bien japonais, celui d’uchi/soto, littéralement « dedans » et « dehors ». À l’intérieur de mon groupe, l’entreprise, je me dois d’être irréprochable, et si je ne le suis pas, on me le fera savoir. On sera par contre bien plus tolérant envers les personnes extérieures au groupe, question de politesse et volonté d’offrir un excellent service.

Ce travail me permet aussi de beaucoup apprendre : sur la langue et la culture japonaise bien sûr, mais aussi sur moi-même, ce qui est sans doute le plus important.

En-dehors du travail, je suis également assez occupée. Je joue au tennis et je participe une fois par mois à la réunion des enseignants d’anglais de la ville. Je suis aussi membre de l’association franco-japonaise d’Hakodate, pour laquelle je vais bientôt organiser des cours de français. Je sors avec des amis : concert, restaurant, soirées internationales. Bref, une vie sociale bien remplie, qui me satisfait pleinement !

J’aime beaucoup la ville d’Hakodate jusqu’à présent, et j’espère pouvoir trouver le temps de vous la faire découvrir !

Pour un autre aperçu du travail au Japon, je vous conseille l’excellent article de Béné, du blog « Béné no Fukuoka !» : Curiosités de la vie d’entreprise au Japon.

Publicités

9 réflexions sur “Au boulot ! Mon premier emploi au Japon

  1. J’ai exactement le même ressenti en ce qui concerne l’expérience pas du tout prise en compte. C’est très frustrant mais on ne peut rien y faire, juste attendre de prendre de l’ancienneté.

    1. Merci pour ton commentaire Béné !

      C’est vrai que c’est frustrant, mais comme tu le dis justement, on ne peut que prendre notre mal en patience. J’ai tout de même la chance d’avoir pu le souligner dans mon entretien mensuel avec mes superviseurs, qui sont vraiment cool. Et ils sont prêts à me confier d’autres tâches, donc je vais voir.

      À bientôt !

  2. Pierre

    HelloO,

    C’est vraiment hyper intéressant ce que tu fais en ce moment! Au final, tu deviendras une vraie japonaise 😉

    Si j’ai bien compris, tu vas devoir tenir bon. Mais je suis certain que grâce justement à ton expérience et à ta personnalité, tu y arriveras sans aucun doute 🙂

    Merci beaucoup de nous donner de tes nouvelles alors que tu n’en a pas tellement le temps!

    Bon courage Paméla,
    Pierre

  3. Je n’ai pas compris tous (je suis Australien), mais c’est interessant a lire votre impression de travailler dans un companie au Japon – c’est vachement different de notre pays, n’est-ce pas?? 🙂

    Je voulais ajouter que, pour tout le monde qui peut obtener un Visa « Vacances Travail » pour Japon, vous pouvez travailler dans les stations de ski ou complexes hoteliers sur la plage. J’espere que cette information est utile 🙂

    Si vous voulez plus information, vous pouvez le trouver a: http://www.boobooski.com/french.html

    Bonne chance, et j’espere que vous avez un experience superb au Japon!

    Adam.

  4. Andrea

    Bonjour,
    En cherchant des informations sur Hakodate je suis tombée sur votre blog.
    J’hésite à partir vivre à Hakodate et votre expérience m’interpelle. Serait-il possible d’avoir votre mail?
    Andrea

    1. Bonjour Andréa,

      Je vous invite à me contacter à l’adresse hakodate.francais(@)gmail.com. Il se peut que je mette un peu de temps à vous répondre car la fin de l’année est une période très occupée au Japon.

      Je vous souhaite de belles fêtes.

  5. フロレント

    Bonjour,

    J’apprends le japonais quotidiennement et ce depuis 1 an je pense avoir le niveau jlpt 4 actuellement.

    Au début je me projetais trop dans l’avenir pensant faire ma vie au japon travail etc mais apres réflexion je me suis dit que le monde du travail japonais était surement bien différent du français (heures supp a gogo vivre pour lentreprise vivre avec son equipe dormir a l’entreprise etc…).
    Bon cest peut être exagéré et un cas isolé plus sur la capitale que sur les autres régions mais du coup cette vision m’a refroidi et je me dis que finallement les conditions de travail sont sûrement bien meilleures en France (je peux bien sûr me tromper lourdement etant donné que je n’ai jamais testé) ainsi que la vie quotidienne en général (aides sociales) mais au niveau des lois japonaises c’est pareil j’y connais rien…

    Donc tout ca pour avoir votre avis là dessus et je comprendrai si vous me dites que la passion que vous avez pour le pays la culture les gens vous font oublier les moins bonnes conditions du travail japonais .

    ありがとう まったね

    1. Pour vous donner une petite idée, je travaille entre 60h et 66h par semaine, du lundi au samedi. C’est beaucoup de travail, mais j’aime ce que je fait, donc ça aide beaucoup. Concernant les sorties entre collègues, on en fait beaucoup en début et fin d’année scolaire, autrement très peu. Mes collègues sont d’ailleurs très sympathiques et très soudés, ça aide beaucoup aussi. En gros, même si je suis souvent très fatiguée, ma vie professionnelle me convient.
      Par contre, il est vrai que ce n’est pas l’idéal pour la vie de famille. Mon mari travaillant lui aussi beaucoup, il est rare que nous ayons l’opportunité de faire des activités. Travailler à deux au Japon est très problématique pour une vie de famille. Néanmoins, je ne me vois pas rester à la maison, j’ai besoin de travailler beaucoup.
      Il est clair que ce genre de situation n’est pas fait pour tout le monde, et je comprends tout à fait les gens qui ne supportent pas le travail au Japon. Mais moi, ça me convient… pour l’instant !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s