Avis sur le manuel « 上級へのとびら, Tobira, Gateway to Advanced Japanese »

Titre : 上級へのとびら, Tobira, Gateway to Advanced Japanese

Sous-titre : コンテンツとマルチメディアで学ぶ日本語 (Learning through Content and Multimedia)

Maison d’édition : Kurosio Publishers

Année : 2009 (1ère édition)

Prix : 3 300 yens + taxes

Exif_JPEG_PICTURE

Public visé

Le titre de ce manuel pourrait être traduit en français par « En route vers le niveau avancé ». Il s’adresse donc à des apprenants de niveau intermédiaire, et plus particulièrement à des apprenants ayant complété 250 à 300 heures de cours (Tobira’s Aims, page vii).

Comme je le dis souvent, les notions de niveau débutant, intermédiaire, avancé ne sont pas du tout précises, tout comme les indications d’heures de cours. En effet, à nombre d’heures de cours égal, une personne ayant passé 3 mois au Japon pour y suivre un cours de langue intensif n’aura pas le même niveau, ou disons plutôt les mêmes compétences, qu’un apprenant ayant suivi un cours de japonais en France à raison de 2h de cours par semaine.

D’après mes estimations, il s’agirait d’un manuel s’adressant à des apprenants ayant bien réussi le JLPTN4. À la fin de ce manuel, en y ajoutant du bachotage, un apprenant devrait pouvoir réussir sans trop de difficultés le JLPTN3.

Quant aux contenus, contrairement à de nombreux manuels, celui-ci s’adresse aussi bien à un public d’apprenants en milieu universitaire qu’à un public adulte pour qui l’apprentissage du japonais est un loisir. Les sujets et les types de conversation sont variés et intéressants, les informations culturelles ont une place de choix, ce qui permet de ne pas s’ennuyer au bout de quelques leçons.

Tables des matières

Le manuel compte un total de 15 leçons dont la toile de fond est toujours un thème particulier. Les thèmes abordés sont variés et vont du concret (la nourriture, le sport,…) vers l’abstrait (les Japonais et la religion, la politique japonaise,…), illustrant bien la progression vers le niveau avancé (début du JLPT N2).

Structure générale d’une leçon

Je présente ici le schéma d’organisation général d’une leçon. Il existe de nombreuses variantes, que j’ai choisi de ne pas présenter ici car ce serait fastidieux pour le lecteur.

Chaque leçon compte un peu plus d’une vingtaine de pages. Toutes débutent de la même manière, par une page de garde présentant le numéro et le titre de la leçon, ainsi que les principaux thèmes abordés et les objectifs communicatifs (par exemple, pour la leçon 9 : ほめる/ほめられる, c’est-à-dire « Féliciter et être félicité »).

Exif_JPEG_PICTURE

Vient ensuite une section d’une ou deux pages, selon les leçons, et intitulée 本文を読む前に (Avant de lire le texte). Cette section a pour objectif de faire rentrer les apprenants dans le thème de la leçon, de leur fournir du vocabulaire important pour la suite mais aussi de les inviter à réfléchir sur certains phénomènes culturels ou sociétaux et de les mettre en perspective avec leur propre culture.

Après cette préparation, on retrouve la section 読み物 (lecture), qui propose un texte relié au thème de la leçon. Chaque texte est d’une longueur moyenne de 2 pages et est illustré par des  dessins ou des photographies. Les kanji qu’il faut savoir lire à la fin de leçon n’ont pas de furigana mais leur lecture est donnée en bas de la page dans laquelle ils apparaissent.

Tous les textes de lecture sont suivis d’un tableau de vocabulaire, 単語表, réparti sur une ou deux pages suivant le nombre de mots présentés (en moyenne 40~50 mots par leçon). Les mots présentés en gras correspondent au vocabulaire que les apprenants doivent mémoriser.

Après le travail sur le(s) texte(s) narratif(s) vient le travail sur les dialogues, avec les 会話文. Les objectifs communicatifs sont mentionnés avant les dialogues, ce qui permet aux apprenants de savoir ce qu’ils vont apprendre et ce qu’ils devront être capables de dire à la fin de la leçon. Chaque dialogue est aussi précédé d’une phrase indiquant brièvement le contexte dans lequel il s’inscrit. En général, une leçon compte deux dialogues : un ayant recours à un japonais poli ou formel et l’autre à un japonais informel. Les deux dernières leçons du manuel n’ont pas de dialogues mais des 討論, discussion/débat, ce qui montre encore la progression vers le niveau N2. Comme pour les textes de lecture, les kanji qu’il faut savoir lire à la fin de la leçon n’ont pas de furigana mais leur lecture est donnée en bas de page. Un tableau de vocabulaire, sous le même format que pour les textes de lecture, suit les dialogues/discussions.

Exif_JPEG_PICTURE

Après ce tableau, on retrouve les exercices de compréhension regroupés sous une section d’une page intitulée 内容質問. Dans cette section, on trouve une douzaine de questions de compréhension portant sur le(s) texte(s) de lecture et sur le(s) dialogue(s)/la discussion. Après ces questions vient un encadré intitulé みんなで話してみよう invitant les apprenants à décrire/expliquer certains traits culturels de leur pays, à donner leur avis sur un sujet se rapportant au thème de la leçon, puis à justifier cet avis (à partir de la leçon 10).

Une fois les dialogues traités en compréhension, il est temps de s’exercer à en produire. Avant de lâcher les apprenants dans une activité de production sans filet de sécurité, les 会話練習 se proposent de les entraîner. Deux courts dialogues (une dizaine de répliques) sont donnés à écouter aux apprenants : le premier utilise un japonais formel ou poli, et le second un japonais informel. Le degré de formalité des dialogues à écouter et à compléter est indiqué par des étoiles : *informel, **poli, ***formel/très poli. Suite à l’écoute des dialogues, deux exercices proposent aux apprenants de compléter des dialogues de même type avec les structures qu’ils viennent de découvrir.

On retrouve les activités de production orale après les exercices, sous la rubrique ペアワークとロールプレイ, discussion et productions orales. Pour le travail en binômes, un sujet de discussion est proposé (expliqué brièvement en une ou deux lignes). Viennent ensuite deux activités regroupées sous le titre ロールプレイ. Le premier jeu de rôle fait appel à un japonais informel et le deuxième à un japonais poli ou formel. Les productions se font par groupe de deux et le degré de formalité de la discussion est indiqué par des étoiles avec un maximum de trois étoiles pour le plus formel. La situation générale est expliquée en une ligne et chaque apprenant a un encadré de quelques lignes qui lui donne plus de précisions selon son rôle.

Sont ensuite présentés, sur 5 ou 6 pages, les points de grammaire de la leçon. Chaque leçon compte entre 14 et 18 points de grammaire. C’est beaucoup, mais tous ne sont pas à mémoriser. Chaque point de grammaire est numéroté et sa couleur donne des indications sur le travail de mémorisation à effectuer :

  • Nombre blanc dans un rond noir : point de grammaire à mémoriser et à utiliser.
  • Nombre blanc dans un rond gris : point de grammaire que les apprenants devraient, si possible, mémoriser et utiliser.
  • Nombre noir dans un rond blanc : point de grammaire uniquement nécessaire pour la compréhension du texte de lecture ou d’un des dialogues de la leçon.

Ce découpage aide les apprenants qui étudient seuls à décider ce qu’ils veulent mémoriser, en fonction de leurs besoins.

Après la grammaire, voici les kanji, regroupés dans deux 漢字表, deux tableaux. Le premier regroupe les kanji qu’il faut savoir lire et écrire (tableau RW, pour Read and Write). Le deuxième regroupe les kanji qu’il faut uniquement être capable de lire (tableau R, pour Read). En moyenne, une leçon compte une trentaine de kanji qu’il faut savoir lire et écrire et environ 25 kanji qu’il faut savoir lire.

Exif_JPEG_PICTURE

Les 文化ノートー, notes sur la culture, font leur apparition à partir de la leçon. Cette section consiste en un texte d’une ou deux pages présentant un aspect de la culture japonaise (par exemple, la culture du riz, les superstitions ou encore le langage non-verbal).

Exif_JPEG_PICTURE

Les leçons se terminent par une section intitulée 言語のートー, notes sur la langue, qui consistent en des textes d’une page ou deux traitant de points de langue ne faisant pas l’objet d’une leçon (par exemple, les 終助詞, particules de fin de phrase,  l’utilisation de という, ou encore la différence entre 大きい et 大きな).

Les compléments

Trois compléments au manuel sont disponibles :

  • Un manuel de kanji intitulé « きたえよう漢字力/Power Up Your Kanji » (2 200 yens + taxes)
  • Un cahier d’exercices de grammaire, tout nouveau, intitulé « これで身につく文法力/Grammar Power: Exercises for Mastery » (2 200 yens + taxes)
  • Le contenu en ligne (gratuit)

Exif_JPEG_PICTUREExif_JPEG_PICTURE

Je ferai un article sur chacun des compléments plus tard, et je parlerai ici uniquement du contenu disponible en ligne. Voici ce que l’on peut y trouver, entre autres :

  • Les fichiers audio (lecture, dialogues, exercices de dialogue)
  • Des fiches d’exercices de grammaire (deux pages)
  • Des fiches d’exercices sur les kanji (deux fois deux pages)
  • Des quiz sur les kanji (un par leçon)
  • Des vidéos : une par leçon, et portant à chaque fois sur le même thème que celui de la leçon. Un questionnaire de deux pages sur la vidéo peut être téléchargé.
  • Les cartes de vocabulaire et de kanji pour le logiciel Anki
  • Le LPO, Language Partner Online, qui montre des vidéos de production orale, ce qui permet de comparer ce que l’on a produit avec ce qui était attendu.

Capture d’écran 2013-03-27 à 10.24.21

Mon avis sur ce manuel

La méthode 上級へのとびら, Tobira, Gateway to Advanced Japanese, est selon moi la meilleure méthode actuellement disponible pour franchir la difficile étape du niveau intermédiaire.

Les supports d’apprentissage, dans les manuels et en ligne, sont variés, tout comme les thèmes abordés, ce qui permet de maintenir l’intérêt de l’apprenant. Ce qui est également très appréciable pour les apprenants adultes, c’est que les situations présentées ne se déroulent pas uniquement dans le cadre universitaire.

D’un point de vue plus pédagogique, Tobira se distingue par sa réutilisation permanente du vocabulaire et des kanji appris, facilitant ainsi leur compréhension et leur assimilation. Des distinctions entre vocabulaire/grammaire/kanji à apprendre impérativement, à mémoriser si possible, à ne pas tenir compte pour le moment facilitent également l’apprentissage. Selon ses besoins et ses compétences, l’apprenant peut choisir de n’étudier que le minimum requis ou bien se lancer un défi et tout travailler !

Autre point fort de la méthode, la présence constante d’éléments culturels. On n’étudie pas uniquement la langue, on découvre la culture, et ce dans tous les éléments des leçons. Et contrairement à d’autres manuels, quand on vous demande de faire des comparaisons interculturelles, on ne vous demande pas de comparer avec les États-Unis mais avec votre pays (あなたの国).

En conclusion, je dirai que la méthode Tobira n’est pas uniquement une méthode d’apprentissage de la langue, c’est aussi un guide vers l’indépendance, qui vous donne les compétences et la confiance nécessaire pour construire par vous-même votre chemin vers la maitrise de la langue.

En résumé

Les +

  • Variété des thèmes et des situations de communication
  • Réutilisation des éléments linguistiques dans les leçons suivantes
  • Une organisation dynamique, agrémentée de nombreuses photographies et de dessins
  • La prise en compte de l’apprenant international et pas seulement des apprenants américains

Les –

  • Pas d’activités de production écrite dans le manuel principal
  • Le recours à l’anglais : même s’il n’est pas nécessaire d’être une bête dans la langue de Shakespeare, je regrette toujours de ne pas avoir de traduction en français de ce manuel de qualité

Pour commander ce manuel

Je n’ai pas trouvé ce manuel sur les sites français Amazon.fr ou Junku.fr. Le manuel peut par contre facilement être commandé depuis le site de White Rabbit Press (http://shop.whiterabbitjapan.com/) pour environ 45 dollars américains (hors frais d’envoi).

Publicités

Une réflexion sur “Avis sur le manuel « 上級へのとびら, Tobira, Gateway to Advanced Japanese »

  1. Ping : Retour sur 5 mois de cours de japonais | Le Japon de Paméla

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s