La déchéance d’un homme (人間失格) de Dazai Osamu (太宰治)

Né dans une famille aisée du nord-est du Japon, Yôzô se définit comme un bouffon. Par des plaisanteries, il cache sa nature profonde aux êtres qui l’entourent. Il est en fait extrêmement conscient de ce qui l’entoure, peut-être trop :

« Je pense que la vie est remplie d’exemples d’hypocrisie pure et simple, patente à tous les yeux, de tromperies mutuelles qui ne font de mal à personne et auxquelles on ne fait pas attention. Pour moi, ces tromperies réciproques n’avaient pas d’importance. Du matin au soir, je trompais tout le monde au cours de mes facéties. » (pages 30-31*)

C’est à son adolescence que débute sa déchéance, à moins qu’elle n’ait commencé bien avant ça. Il part étudier à Tôkyô, mais ses études ne l’intéressent pas du tout : il veut devenir peintre, et a l’intention de rejoindre les Beaux-Arts. Cependant, il traîne plutôt dans les ateliers, et rencontre Horiki Masao, qui l’initiera à l’alcool et aux femmes.

« L’alcool, le tabac, les femmes, c’étaient de bons moyens pour faire diversion à la crainte que j’éprouvais devant les autres, ne fût-ce que pour un moment ; je le compris bientôt. » (page 59*)

Il rejoint ensuite le parti communiste, non pas par idéologie mais par attirance pour l’illégalité. Il tente de se suicider avec Tsuneko, une de ses compagnes, en se jetant dans la mer. Ironie du sort, lui seul sera sauvé. Loin de s’assagir, Yôzô s’enivre encore plus, tombe malade, devient accro à la morphine…déchéance d’un homme.

La-d-ch-ance-d-un-homme

C’est le film « La femme de Villon » qui m’a donné envie de découvrir Dazai Osamu, auteur que je ne connaissais pas. Dans « La déchéance d’un homme » on retrouve la trame de fond de ce film : un artiste hypersensible, qui veut mourir, ou plutôt s’autodétruire, comme si sa souffrance morale ne pouvait être effacée que par la souffrance physique.

Le style et le discours de Dazai sont facilement abordables, tout en n’omettant rien de la complexité des pensées d’un homme à l’esprit torturé.

*Édition lue : Gallimard (connaissance de l’Orient)

Publicités

3 réflexions sur “La déchéance d’un homme (人間失格) de Dazai Osamu (太宰治)

  1. Tout comme toi, je pense que la Déchéance d’un homme est un livre très intéressant. Comme je l’avais en japonais, j’en ai lu environ 1/3 en comparant le japonais et la traduction française. Résultat : la traduction est assez mauvaise, il y a de gros contresens à certains endroits, qu’on ne retrouve pas du tout dans la traduction anglaise (que j’ai lue aussi pour arbitrer, car je me demandais si je me trompais, ou si le traducteur s’était vraiment planté). C’est un peu décevant de la part de cette collection « Connaissance de l’Orient ». La traduction est ancienne, et mériterait sûrement d’être refaite.

    1. Je suis vraiment surprise, moi qui faisais confiance à la traduction ! Mais ce n’est tout de même pas la première fois qu’il y a un problème avec Gallimard, j’avais lu un autre livre dans une autre collection qui était bourré de coquilles ! J’ai hâte d’améliorer mon japonais pour pouvoir lire directement dans la langue originale.

      1. Moi aussi, j’étais vraiment surprise. Et ça me rend un peu méfiante vis-à-vis des autres traductions. J’essaie de privilégier les plus récentes, en me disant que le niveau d’exigence est sans doute plus relevé qu’autrefois. J’ai déjà lu des commentaires effarants sur des vieilles traductions de Dostoïevski ou les protestations de Milan Kundera face à son 1er traducteur (il a changé depuis). Mais lire dans la version originale est un luxe, et ça prend beaucoup de temps (c’est pour cela que je n’en ai lu qu’un tiers, après je me suis essoufflée). Beaucoup, beaucoup de vocabulaire à chercher, des phrases longues et parfois abstraites. Moi aussi, j’ai hâte de progresser pour pouvoir lire plus facilement et mieux tenir la distance.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s