Grammaire : Obligation, absence d’obligation, interdiction et permission en japonais

Je suis tombée récemment sur un exercice de grammaire qui me proposait de choisir entre 4 constructions différentes : なければならない, なくてもいい, てもいいです, てはいけません.

Si le sens des trois premières ne me posait aucun problème, il n’en était pas de même pour la dernière. どういう意味? me suis-je demandée. Impossible de me rappeler. Je me suis donc replongée dans mes bouquins de début de niveau intermédiaire et tout est devenu beaucoup plus clair !

Obligation et absence d’obligation

Pour exprimer l’obligation (« il faut », « je dois »), il existe quatre possibilités :

  • なければなりません
  • なければいけません
  • なくてはなりません
  • なくてはいけません

Les formes verbales qui précèdent ces quatre expressions sont en base mizen (base « a ») :

  • Pour les verbes godan : 行く =>行か => 行かなければなりません
  • Pour les verbes ichidan : 食べる => 食べ => 食べなければなりません

Voici deux exemples de phrases exprimant l’obligation :

明日早く起きなければなりません。Demain, je dois me lever tôt.
来週までに日本語で作文を書かなければ。Je dois écrire une rédaction en japonais pour la semaine prochaine.

Dans les conversations informelles, on utilise les formes contractées suivantes :

  • なければならない => なきゃならない => なきゃなんない
  • なくてはならない => なくちゃならない => なくちゃなんない

À noter qu’en fin de phrase, on peut omettre ならない/なんない.

Pour exprimer l’absence d’obligation (« ce n’est pas la peine de », « pas besoin de »), on utilise la construction なくてもいいです, précédée d’un verbe en base mizen :

この漢字の書き方を覚えなくてもいいです。Vous n’êtes pas obligés de mémoriser la façon d’écrire ce kanji.

忙しかったら、来なくてもいいです。Si tu es occupé, ce n’est pas la peine de venir.

Permission et interdiction

Pour exprimer la permission, on utilise la forme en て des verbes suivie de もいいです. De la même façon, on part de la forme en て pour exprimer l’interdiction : on ajoute はいけません à un verbe à la forme en て.

ここでタバコを吸ってもいいですか。Peut-on fumer ici ?

この辞書を使ってもいいですか。Puis-je utiliser ce dictionnaire ?

ここでタバコを吸ってはいけません。On ne peut pas fumer ici. / Il est interdit de fumer ici.

図書館の中で食べてはいけません。Il est interdit de manger dans la bibliothèque.

Pour résumer :

  • Obligation : なければなりません
  • Absence d’obligation : なくてもいいです
  • Interdiction : てはいけません
  • Permission : てもいいです
Publicités

5 réflexions sur “Grammaire : Obligation, absence d’obligation, interdiction et permission en japonais

  1. Octopus

    bonjour, je vis en Belgique et j’ai suivi des cours de japonais quelques années. Le hic, c’est que: 1. mon école a fermé, et 2. il n’y a pas de japonais là où je vis…
    Je vous remercie pour vos sujets sur la langue japonaise (je n’ai pas encore tout lu, mais ce que j’ai lu est très bien fait…)

    J’aurais une question… Dans le cas où on veut exprimer qu’on ne peut pas faire quelque chose (même si on le voudrait pourtant) comment doit-on s’y prendre?

    Exemple:

    Je ne peux plus faire de judo. (je me suis blessée et le médecin me l’interdit…)

    柔道をじてはいけません。ce serait correct? Ou cette expression a une nuance de « ce n’est pas bien de faire ça, alors il ne faut pas le faire… » (comme une interdiction, disons, « morale ») …

    Merci de m’éclairer sur ce sujet, et encore merci pour votre site, très intéressant.

    Octopus.

    1. Bonjour et merci beaucoup pour ton commentaire qui m’encourage à continuer. J’aimerais pouvoir proposer plus de contenu sur la langue mais je manque malheureusement de temps.

      Pour exprimer quelque chose que l’on ne peut pas faire, parce qu’on est dans l’incapacité de le faire, j’utiliserai la forme potentielle (forme en れる/られる, je ne sais pas si tu l’as vue). Ainsi, pour dire « Je ne peux plus faire de judo », je dirais « もう柔道をすることができません。».

      C’est vraiment dommage que ton école ait fermé. Continues-tu ton apprentissage par toi-même ? Si oui, quels livres utilises-tu ?

      À bientôt !

      1. Octopus

        Bonjour Paméla,

        J’avais un très bon professeur de japonais à l’école (elle était japonaise), mon école a dû fermer parce qu’une personne très mal intentionnée a vidé les comptes de l’école… Il y a un procès mais il n’y a plus de fonds pour organiser les cours… (il y avait une vingtaines de langues enseignées dans cette école… tu vois le nombre immense de personnes qui sont tristes de ne plus pouvoir apprendre…)

        J’essaye de continuer à faire du japonais. J’ai une très grande chance, j’ai trouvé une correspondante au Japon. On s’écrit (nous nous écrivons en japonais et anglais). C’est vraiment difficile pour moi d’écrire en japonais… mais au moins ça me permet de toujours pratiquer et étudier cette très belle langue…

        J’ai énormément de méthodes différentes mais mes livres préférés (ce ne sont pas de méthodes de cours) c’est KANJI et KANA et la grammaire SHIMAMORI en deux volumes. (ces derniers sont une vraie mine d’or…) Mais pour des exemples pratiques ce n’est pas toujours évident…

        Sinon, j’ai le japonais en 40 leçons, le Minna no nihongo, le japonais en mangas, le genki (celui qu’on utilisait à l’école), le banzaï, le manuel des éditions des universités de Provence (le didactilangue)… et plein d’autres petits livres…

        Merci encore mille fois pour ton superbe blog.
        Je suis comme toi, le temps me manque pour faire tout ce que je voudrais pouvoir faire…

        D’ailleurs, je te laisse je dois me dépêcher pour ne pas être en retard.

        Amitiés de Belgique!

        Véronique. (c’est mon nom)

      2. Bonjour Véronique !

        Merci d’avoir partagé ton histoire. C’est vraiment dommage que l’école ait fermé, surtout pour une raison comme celle-ci.

        Je vois que tu es bien équipée question livres ! Genki est un très bon manuel, mais ce qui est dommage c’est qu’il s’adresse à des étudiants américains et ça peut être lassant pour un public adulte et/ou européen. D’ailleurs, j’avais laissé tomber le manuel « An integrated approach to intermediate Japanses », parfois considéré comme Genki 3, à cause des textes qui ne m’intéressaient pas.

        Après c’est certain qu’en-dehors des livres il faut de la pratique, et c’est toujours le plus difficile. Je suis chanceuse parce que mon mari est japonais, et même si nous parlons français à la maison, nous regardons souvent la télé en japonais et nous avons autour de nous beaucoup de connaissances japonaises.

        J’ai aussi toujours eu la chance d’avoir des écoles dans les villes où j’habitais, ou à proximité. Et aussi la chance d’avoir rencontrée une Japonaise avec qui j’ai fait un échange linguistique durant 3 ans.

        Je crois que l’écrit est ce qu’il y a de plus dur en japonais et je te trouve bien courageuse d’entretenir une correspondance avec une Japonaise. Si ça t’intéresse, voici le lien vers un forum d’échange linguistique franco-japonais : http://france24h.free.fr/forum/. Peut-être que tu le connais déjà, mais je te conseille le blog de Lili, très bien fait : http://sukinanihongo.blogspot.ca/

        Merci encore pour tes encouragements et je te souhaite une bonne continuation dans ton apprentissage du japonais !

      3. Octopus

        Vraiment merci beaucoup pour ces deux liens!! Le blog, je le connaissais déjà, même si je ne pense pas y avoir laissé de commentaire… Je pense que je vais m’inscrire au forum… Je n’ai fait que jeter un coup d’oeil mais cela a l’air très intéressant!! Mais d’abord j’ai une ou deux choses à terminer… ah le temps, toujours le temps…

        En tout cas merci beaucoup!!!

        Si jamais je peux t’aider pour quelque chose… ce sera avec plaisir… (même si je ne sais pas trop pour quoi…)

        Véronique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s